samedi 5 février 2011

The Thirteen Problems - Miss Marple au club du Mardi - Agatha Christie


Les amis de Miss Marple ne s'y attendaient guère... Comment ! La délicieuse vieille demoiselle est un amateur averti de mystères inexpliqués, problèmes insolubles et autres morts peu naturelles ? Qui l'eût cru ? Dire qu'on ne la pensait capable que de bavarder et de tricoter ! Et voilà que, du fond de son fauteuil, Miss Marple résout les énigmes les plus déconcertantes ! Mais d'où lui vient ce talent caché ? La paisible Miss Marple n'a jamais quitté son village !... Justement ! Un village est un excellent sujet d'étude, pour qui aime exercer ses facultés de déduction. Et la nature humaine n'est-elle pas partout la même ?

Miss Marple au club du mardi n'est que la première partie du recueil de nouvelles, The thirteen problems. Les éditeurs français l'on coupé en deux volumes, Miss Marple au club du mardi et Le club du mardi continu.
Il s'agira ici d'examiner les sept premières histoires de The thirteen problems.

L'idée est simple. Dans le salon de la vieille demoiselle, six personnes se retrouvent tous les mardi pour se raconter à tour de rôle, un meurtre, une énigme à résoudre. Bien sûr chaque narrateur détient la clef de l'énigme mais il s'agit de trouver la bonne réponse. Bien sûr Miss Marple y parvient sans aucune difficulté parce que "la nature humaine est partout pareille" et que dans un village on a l'occasion de l'étudier à la loupe.
J'aime énormément la façon d'Agatha Christie de bluffer ses personnages lorsqu'ils parlent de Miss Marple. Ils ne voient en elle que la vieille fille jamais sortit de son village, un peu commère mais étrange. Pourtant derrière ses grands yeux bleus se cachent une femme perspicace. Le lecteur aguerri apprécie alors d'en savoir plus sur la vieille demoiselle que les autres occupants de la pièce et cela nous donne des airs de conspirateurs.

Autour de Miss Marple se réunissent donc: Raymond West son neveu, Joyce Lemprière une artiste amie de Raymond West, Sir Henry Clithering ancien superintendant à Scotland Yard, le révérend Pender et Mr Petherick le notaire. Tout ce beau monde se raconte alors des histoires mystérieuses qu'il faut élucider. Les six premières histoires du recueil concernent effectivement le club du mardi. Sans pouvoir vous raconter par le menu chaque histoire je peux néanmoins vous indiquer qui la raconte et si la solution est facile à trouver.

1) Le club du mardi (The Tuesday Night Club) par Sir Henry Clithering: une histoire de repas pris par 3 personnes, une meurt qui est le coupable? (Je n'avais pas trouvé la solution).

2) Le sanctuaire d'Astarté (The idol House of Astarte) par le révérend Pender: un sanctuaire magique, un mort et un blessé. (J'ai trouvé la solution).

3) Les Lingots d'or (Ingots of gold) par Raymond West: un trésor englouti en Cornouaille et une bande de pirates. (J'ai trouvé la solution).

4) Le seuil ensanglanté (The Bloodstrained pavement) par Joyce Lemprière: une tâche de sang sur un palier, une femme noyée et une superstition ancienne. (J'ai trouvé la solution)

5) Mobile contre occasion (Motive v. Opportunity) par Mr Petherick: un homme accablé par le chagrin, un testament qui disparaît. (j'avais des doutes)

6) L'empreinte de Saint Pierre (The thumb mark of St Peter) par Miss Marple: le mari de sa nièce Mabel meurt subitement, elle fait appel à sa tante pour balayer les rumeurs et les soupçons qui pèse sur elle. (Je n'avais pas trouvé la solution).

La dernière histoire, The Blue Geranium (Le Géranium bleu) fait le lien entre les deux parties du recueil. Si les six premières histoires se déroulent dans le salon de Miss Marple pendant les réunions du mardi, les six suivantes se déroulent lors d'un diner organisé par Mrs et Mr Brandy, des amis de Sir Henry Clithering, la dernière énigme prend place après le diner.
Le géranium bleu qui fait le lien entre les deux recueils raconte l'histoire d'une femme hystérique, croyant au spiritisme, qui prend très au sérieux des menaces qui lui parviennent sous la forme de fleurs changeant de couleur sur son papier peint. (Je n'avais pas trouvé).

Ce petit recueil et le suivant son des petites perles de Miss Marple. Ca se lit vite, en plusieurs fois, et ça fond sous les yeux.

Pour les amateurs de Miss Jane Marple, voici un petit extrait de la première histoire:
« La maison de sa tante Jane lui avait toujours plu parce qu’elle était le juste décor que réclamait sa personnalité. Elle était assise, très droite, dans un fauteuil de grand-père, de l’autre côté de la cheminée. Miss Marple portait une robe de brocart noir très cintrée, avec de la dentelle de Malines tombant en cascade sur sa poitrine et des mitaines de dentelle noire ; une mantille de dentelle noire surmontait ses cheveux blancs comme neige, relevés en chignon. Elle tricotait quelque chose de blanc, de doux et de floconneux. De ses yeux bleu très pâle, elle observait avec une aimable bienveillance son neveu et les invités du neveu. »

0 commentaires:

Publier un commentaire