dimanche 6 février 2011

Thomas Wyatt - A portrait


Sir Thomas Wyatt (1503 - 24 septembre 1542) était un poète anglais du 16e siècle qui introduisit la forme du sonnet en Angleterre. Il est né à Allignton Castle dans le Kent, alors que sa famille est originaire du Yorkshire. Sa mère s'appelait Anne Skinner et son père Henry Wyatt avait été l'un des conseillers du roi Henry VII et resta un conseiller avisé d'Henry VIII lorsqu'il monta sur le trône en 1509. Après des études à St John's College, Cambridge, Thomas Wyatt rejoignit son père à la cour. Aucun poème de Thomas Wyatt ne fut publié durant sa vie, mais au moins quinze ans après sa mort.

Thomas Wyatt mesurait plus d'un mètre quatre vingt et était connu à la cour comme étant un homme à la fois beau et bien bâti. Bien qu'il soit connu pour sa carrière de poète, Wyatt était également un ambassadeur au service d'Henry VIII. Il entra au service du roi en 1516 comme "Sewer Extraordinary". Il épousa en 1521 Elizabeth Brooke (1503-1560) la soeur de George Brooke 9ème Baron de Cobham et en 1522 elle mit au monde un garcon le futur Thomas Wyatt le jeune qui mena la rébellion contre Mary Tudor. En 1524, Henry VIII assigna à Wyatt la tâche d'ambassadeur en Angleterre et à l'étranger. Quelques temps plus tard il se sépara de sa femme. Le ménage ne fonctionnait pas et Elizabeth Brooke fut répudiée pour adultère même si son nom n'est lié à aucun homme.

Il accompagna Sir John Russell à Rome pour faire signer au Pape Clément VII l'ordre d'annulation du mariage d'Henry VIII et sa première femme Catherine d'Aragon. Wyatt fut capturé par les troupes de l'empereur Charles V lors du siège de Rome en 1527 mais réussit à s'échapper. En 1535 Wyatt fut fait chevalier.

Thomas Wyatt - Poète

Thomas Wyatt voulait expérimenter la langue anglaise, afin de la "civiliser", l'élever au rang des langues voisines (françaises, allemandes et espagnoles) qui lui étaient supérieures à l'époque. Une partie de son oeuvre consiste en la traduction de l'oeuvre du poète italien Pétrarque.
En plus de l'imitation des oeuvres classiques des auteurs Sénèque et Horace, il a expérimenté des formes poétiques extrêmement diverses: rondeaux, épigrammes, terza rima, ottava rima, ballades, chansons, satires épistolaires.

Ces poèmes les plus connus traitent des affres de l'amour. Cependant d'autres poèmes sont cinglants, des satires ironiques de l'hypocrisie qui règne à la cour. Thomas Wyatt jusque dans les pires moments de sa vie mettra un point d'honneur à dénoncer la société et la cour Tudor.

Le canon de Thomas Wyatt comprend deux parties principales. Traditionnellement, on sépare dans son oeuvre les poèmes et ballades composés d'une part de la main de Wyatt et reconnus comme tels dès le XVIe siècle et d'autre part, les poèmes supposément de la main de Wyatt et reconnus comme tels après le XVIe siècle. Ces derniers ont un style très proche de celui de Wyatt et sont actuellement attribués à cet auteur mais leur paternité reste incertaine.

Relations de Thomas Wyatt et Anne Boleyn

De nombreuses légendes autour de l'histoire d'amour d'Anne Boleyn et de Thomas Wyatt. L'histoire prétend que dans le début des années 1520 la jeune Anne et le jeune Thomas seraient tombés amoureux. S'il on sait de sources sûres qu'ils se connaissaient, la nature exacte de leur relation reste incertaine. Il est cependant peu probable qu'Anne et lui aient véritablement entretenus une liaison. En revanche, il semble bien que Thomas Wyatt était fortement attiré par la souveraine. De nombreux vers de ses poèmes semblent se référer à Anne:

- "And now I follow the coals that be quent, From Dover to Calais against my mind" peut faire référence aux différents voyages d'Anne Boleyn en France.
- A plusieurs reprises il nomme sa maîtresse Anna dans ses poèmes.
- Vers la fin de sa vie, il écrivit : "Graven in diamonds with letters plain, There is written her fair neck round about, Noli me tangere, Ceasar's, I'm".

L'amour pour Anne Boleyn est une tradition familiale. Si Thomas Wyatt le jeune prit fait et cause pour Elizabeth (fille d'Anne Boleyn) contre sa soeur Mary Tudor, son petit fils George Wyatt écrivit une biographie d'Anne qui s'apparente plus à un plaidoyer. Il écrivit d'ailleurs qu'à partir du moment où son grand-père vit cette "this new beauty" à son retour de France à l'hiver 1522, il tomba amoureux d'elle.
D'après les nombreuses rumeurs de cour, ils étaient amants. Cependant, aucune preuve ne permet de l'affirmer et la connaissance particulière et profonde de nombreux historiens (y compris moi-même je l'avoue) de la personnalité d'Anne Boleyn démontre l'improbabilité de cette thèse. Cf. David Starkey, Eric Yves sur le sujet.

Les conséquences de cette attention particulière portée à la reine faillirent avoir des conséquences dramatiques. En mai 1536 Wyatt est emprisonné à la Tour de Londres pour adultère avec la reine Anne Boleyn. Il fut relâché un peu plus tard dans l'année grâce à des liens d'amitié que sa famille entretenait avec Thomas Cromwell. Depuis sa cellule à la Tour de Londres, Wyatt a pu assister à la décapitation d'Anne Boleyn. De cette expérience, il en sortira un poème : V. Innocentia Veritas Viat Fides Circumdederunt me inimici mei.

Dans les années 1530 il écrivit dans le Devonshire MS et déclare son amour pour une femme. La première lettre de chaque vers forme le mot Sherltun. Une réponse est écrite en dessous signée par Mary Shelton, première cousine d'Anne Boleyn qui fut la maîtresse d'Henry VIII entre février et août 1535 et la fiancée de William Norris, un des cinq hommes condamnés dans le procès d'Anne Boleyn.

En 1540 il est de nouveau dans la faveur royale, mais il tombe encore en 1541 pour trahison. Il doit sa libération à l'intervention de la reine en place Katherine Howard. Il tomba malade peu de temps après la mort de Katherine Howard et mourut le 11 octobre 1542 à l'âge de 39 ans. Il est enterré à proximité de Sherborne Abbey.

Le portrait de Thomas Wyatt en haut de page est un portrait réalisé par Hans Holbein The Younger.

0 commentaires:

Publier un commentaire