dimanche 6 février 2011

Viat - Thomas Wyatt

Ce poème de Thomas Wyatt écrit probablement en mai 1536 parle de la mort d'Anne Boleyn qu'il a vu depuis sa cellule de la Tour de Londres. Je voulais vous présenter ce poème car c'est l'un de mes préférés et je le trouve poignant par le désespoir sincère du poète. Je vous présente ici le poème dans sa version originale.

V. Innocentia Veritas viat fides Circumdederunt me inimici mei

Who list his wealth and ease retain,
Himself let him unknown contain.
Press not too fast in at that gate
Where the return stands by disdain,
For sure,
circa Regna tonat.

The high mountains are blasted oft
When the low valley is mild and soft.
Fortune with Health stands at debate.
The fall is grievous from aloft.
And sure,
circa Regna tonat.

These bloody days have broken my heart.
My lust, my youth did them depart,
And blind desire of estate.
Who hastes to climb seeks to revert.
Of truth,
circa Regna tonat.

The bell tower showed me such sight
That in my head sticks day and night.
There did I learn out of a grate,
For all favour, glory, or might,
That yet
circa Regna tonat.

By proof, I say, there did I learn:
Wit helpeth not defence too yerne,
Of innocency to plead or prate.
Bear low, therefore, give God the stern,
For sure,
circa Regna tonat.

Le titre du poème est une adaptation d'un Psaume, 17;9: "My ennemies have surrounded me"

Viat serait la traduction latine du nom de Wyatt et celui-ci est entouré des mots Innocence, Vérité et Foi.


Il apparait très vite que ce poème parle des Bloody days, les jours sanglants de l'exécution d'Anne et de ses "complices" (exécutions qu'il n'a pu voir car les cinq hommes ont été décapités à Tower Hill sur lequel sa cellule ne donnait pas, contrairement à l'exécution de la reine).


"These bloody days have broken my heart/

My lust, my youth did them depart [...]

The bell tower showed me such sight/

That in my head sticks day and night." Ces vers sont particulièrement poignants car ils montrent la douleur du poète, douleur sincère et non fantasmé d'un témoin d'un drame. On sent alors le poids de la prison. Cela marque la fin de la jeunesse de Wyatt, la fin des jours heureux.

De la même manière ces deux vers: "

And blind desire of estate./

Who hastes to climb seeks to revert." On retrouve le Wyatt ironique et satyrique, celui qui se moque de la cour Tudor et de ces travers, cela même qui a fait tombé la tête d'Anne sur l'échafaud.

Voici un extrait du poème dans la série The Tudors. Il ne s'agit pas de l'intégralité du poème mais d'un mélange entre celui-ci et un autre poème sur la mort des cinq hommes conservés dans les poèmes supposément attribué à Wyatt.



Enfin, une vidéo très courte sur l'exécution d'Anne Boleyn par la série The Tudors. Remarquez l'homme qui pleure au fond, c'est Thomas Wyatt.

0 commentaires:

Publier un commentaire