samedi 19 février 2011

Et L'homme créa la femme (2002) - Frank Oz


Joanna est une femme à qui tout réussit : un mari aimant, deux beaux enfants, une vie parfaite. Mais, un jour, le rêve s'effondre. Joanna perd son poste et découvre que son mariage bat de l'aile.
Joanna et son mari quittent alors New York et s'installent dans la banlieue résidentielle de Stepford, dans le Connecticut. Stepford paraît sortir d'un conte de fées, avec ses vastes et coquettes maisons, ses pelouses manucurées, ses rues tranquilles d'une propreté immaculée et ses femmes, d'une beauté irréelle, avec leur visage lisse, éternellement souriant, leurs mensurations dignes d'un magazine sur papier glacé.
Joanna s'étonne de les voir toutes aussi douées pour la cuisine que pour repeindre la maison, passer la tondeuse, jouer avec leurs gosses et accueillir leur mari dans d'affriolantes lingeries sexy. Elle et sa nouvelle copine, l'effervescente Bobbie, se posent des questions...

CASTING

Nicole Kidman..........................................Joanna Eberhart
Matthew Broderick...................................Walter Kresby
Bette Midler..............................................Bobbie Markowitz
Jon Lovitz.................................................Dave Markowitz
Christopher Walken..................................Mike Wellington
Glenn Close..............................................Claire Wellington
David Marshall Grant...............................Jerry Harmon
Roger Bart................................................Roger Bannister

J'ai trouvé ce film par pur hasard. L'affiche m'a semblé amusante et intrigante et je me suis dis, que toutes ces femmes parfaites cela présageait au moins un film à la Hitchcock. Je ne me suis pas trompée de beaucoup. Ce film est complètement dingue avec son décors Eurodisney sauce année cinquante et les cup-cake assortis!

Joanna est le type de carriériste qui nous a apporté le plus stupide de la télé réalité (merci mais on s'en serait passé). Lorsqu'elle est viré, elle pète littéralement un plomb. Heureusement pour nous car elle découvre Stepford, une ville républicaine années 50 sans autre chose que des blancs et des femmes parfaites. Joanna rencontre au pique-nique du village, Bobbie, une écrivain râleuse et Roger un architecte ultra-gay (vous comprendrez....). Tous trois décident que décidément quelque chose cloche dans cette trop parfaite Stepford.

Nicole Kidman est épatante comme toujours, surjouant un peu mais ça n'est pas gênant vu le ton du film, clairement barré! Elle est étonnamment crédible en superwoman businesswoman qu'en parfaite ménagère made in fifties.

Roger Bart est excellent dans ce rôle de gay - de folle - fan de Dolce and Gabbana. Très dandy, très rôle et mordant sa prestation relève le niveau.
Quant à Bette Midler, elle est toujours aussi drôle. Le petit trio prend des allures un peu folle lorsqu'au fur et à mesure, Roger puis Bobbie "disparaisse".

Glenn Close et Christopher Walken sont extraordinaires comme toujours. Quiconque connait les liaisons dangereuses ne peut que juger du talent de Glenn Close. La machiavélique Merteuil laisse place à la soumise Claire.

L'histoire est loufoque mais n'est pas dénuée d'une certaine tension. Un bon film, divertissant et drôle.

4 commentaires:

Gabriel a dit…

Rien de renversant, mais une nouvelle adaptation plutôt délurée des Femmes de Stepford de Ira Levin (Rosemary's Baby), beaucoup trop légère et un rien bordélique, je crois que ce film a fait un flop monumental en salle. Il ne faut pas bouder son plaisir pourtant car le casting vaut le coup d'oeil.

Ryo Stonhert a dit…

il a l'air pas mal
Tu l'as?

Perséphone a dit…

Non en règle générale je les sors tout prêt de mon cerveau! (Oui bien sûr que je l'ai !)

Perséphone

Mascha a dit…

Je te conseillerais plutôt la première version de ce film, qui n'est pas une comédie mais bien un drame! Un film bouleversant, qui peut briser quelque chose dans notre intérieur. Hélas, très réaliste.
Oui, je n'aime pas cette seconde version, trop burlesque, et donc, trop différent de l'esprit d'origine, qui consistait en une analyse de la réaction de certains hommes face à la montée du féminisme. Des hommes lâches et égocentriques. Bouleversant, la première version, je le répète. ;)

Publier un commentaire