mercredi 13 mars 2013

Little Dorrit - BBC 2008


Pour le mangeur de muffins....


COUP DE COEUR DE PERSEPHONE

Résumé: Amy Dorrit, dite "Little Dorrit" vit avec son père dans la Marshalsea, la prison pour dettes de Londres où son père est enfermé depuis plus de vingt ans. Lorsque la jeune fille entame son nouveau travail chez Mrs Clennam, elle assiste au retour d'Arthur le fils de la famille venu annoncer la mort de son père. Le jeune homme bien décidé à réparer une éventuelle faute de son père, se met en tête d'aider Little Dorrit mais Arthur et Amy sont entourés de secrets et de gens pleins de mauvaises intentions.






Claire Foy .................................................. Amy Dorrit
Matthew MacFayden.................................. Arthur Clennam
Tom Courtenay ......................................... Mr. Dorrit
Emma Pierson ........................................... Fanny Dorrit
Alun Armstrong ........................................ Jeremiah/ Ephraim Flintwinch
Judy Parfitt ................................................. Mrs. Clennam
Eddie Marsan ............................................. Mr Pancks
Andy Serkis ................................................ Rigaud
Rosie Cavaliero .......................................... Mrs. Plornish
Russell Tovey ............................................. John Chivery
Jason Thorpe ............................................... Cavalletto
Amanda Redman ........................................ Mrs. Merdle
Sebastian Armesto ...................................... Edmund Sparkler
James Fleet ................................................. Frederick Dorrit
Georgia King ............................................. Pet Gowan
Ron Cook .................................................. Mr Chivery
Alex Wyndham .......................................... Henry Gowan
Bill Paterson ............................................... Mr. Meagles
Freema Agyeman ....................................... Tattycoram
Zubin Varla ................................................. Daniel Doyce
Janine Duvitski ........................................... Mrs. Meagles
Anton Lesser ............................................... Mr. Merdle
Nicholas Jones ............................................ Merdles' Butler
Eve Myles ................................................... Maggy
Arthur Darvill ............................................. Edward/Tip Dorrit
Sue Johnston ............................................... Affery
Maxine Peake .............................................. Miss Wade
Ruth Jones ................................................... Flora Finching
Pam Ferris ................................................... Mrs General
Jason Watkins ............................................. Plornish
Annette Crosbie .......................................... Mr. F's Aunt


Il y a deux types de Dickens, le type franchement glauque qui même s'il finit bien (en général) vous laisse un arrière goût amer dans la bouche: par exemple Bleak House ou Great Expectations, et le type plutôt cool où même si l'histoire n'est pas toujours drôle on est assuré que cela va bien finir pour les héros (ouf): Oliver Twist et Nicholas Nickleby entre autres. Rassurez-vous mes agneaux, Little Dorrit appartient bien à la seconde catégorie. Je vous promets donc du cute, du swoon et du happy end, saupoudré d'un peu de glauque et de arghh comme seul Dickens peut le faire.

Nous devons cette somptueuse adaptation de Little Dorrit à Andrew Davies le créateur entre autre de: Pride and Prejudice (1995 avec Colin THE Firth), Emma (1996), le sublime Wives and Daughters, Bleak House, Northanger Abbey (avec JJ Feild!), Sense and Sensibility (2008) et le récent Mr Selfridge. Autant dire qu'il y avait peu de chance d'être déçu par son adaptation. 

Cette mini-série est composée de 15 épisodes, le premier et le dernier faisant une heure chacun alors que les épisodes 2 à 13 se tiennent sur une demie-heure. Tout comme Bleak House, ce format rend justice au roman et permet à l'histoire de s'étaler, de prendre son temps et surtout, surtout, de laisser s'exprimer la multitude de personnages. Ce que je préfère chez Dickens ce sont incontestablement ses personnages. Bien que très nombreux, il se débrouille toujours pour nous présenter non seulement des caractères variés mais aussi des personnalités tranchées, attachantes et/ou franchement ridicules. De ce fait c'est sûrement le plus difficile à représenter à l'écran l'humour que met Dickens dans ses descriptions et le soin qu'il apporte aux différents personnages. Pari réussi pour Andrew Davies. Les acteurs sont excellents et trouvent chacun leur marque pour apposer à leur personnage leurs caractéristiques propres.
 
Matthew MacFayden excelle en Arthur Clennam, un homme bon, un peu maladroit parfois mais profondément gentil qui se démène pour les gens qu'il aime. Arthur Clennam est un bon Samaritain et Matthew MacFayden lui apporte son regard de puppy et sa deep voice à point nommé. Matthew MacFayden est un acteur que j'aime beaucoup et je trouve qu'il a réussi à rendre Arthur Clennam touchant sans passer par la case "énervant" ou "mou".
Pour ceux qui auraient vu Claire Foy dans Upstairs Downstairs, on ne peut imaginer de rôle plus dissemblable avec celui d'Amy Dorrit ce qui montre l'étendu de son talent. On croit sans peine aux tremblements dans la voix d'Amy, à ces malheurs de petite souris et à sa bonté profonde. Amy est un personnage tellement attachant et Claire Foy lui rend justice. On sent beaucoup de douceur, d'abnégation et d'amour qui émanent de ce petit bout de femme qui supporte sa famille hautement disfonctionnelle, sans jamais se plaindre. 

Andy Serkis est admirable en Rigaud, français, assassin fou, recherché dans plusieurs pays. Son accent français est plus que crédible et je vous promets qu'il est flippant à souhait, il a réussit à me ruiner la chanson "compagnon de la marjolaine".

         Cheshire: Qu'est-ce qu'y passe ici si tard...
        Persie: je t'étrangle si tu poursuis dans cette voie Cheshire....
        Cheshire: compagnons de la marjolaineuhhhhh

La famille Dorrit est elle aussi très bien choisie. Le père, qu'on a déjà pu admirer dans Nicholas Nickleby, est parfait. On arrive tantôt à le plaindre, tantôt à le détester. On comprend les failles et les routines de cet homme, tout en lui pardonnant ses faiblesses. Fanny Dorrit est un personnage intéressant. Pour être honnête, je ne donnais pas cher d'elle au début mais je trouve que dans la seconde partie de l'histoire, on arrive à comprendre qui elle est vraiment. C'est le genre de personnage tellement réel que s'en est gênant, vous savez, ce genre qu'on ne peut pas classer dans les méchants mais qui n'a rien à faire chez les gentils non plus...qu'on rencontre tous les jours en fait....Quant à Tip Dorrit, on ne peut être plus éloigné de Rory Williams (oui Arthur Darvill, c'est bien lui, loin de la sexytude du Last Centurion). Il est odieux et j'ai bien eu envie de lui mettre la tête dans le crépi plusieurs fois, notamment à cause de son comportement envers Arthur Clennam. Quant à l'oncle Frederick, il est effacé juste comme il faut. On retrouve Judy Parfitt dans un rôle dur comme elle en a l'habitude en la personne de Mrs Clennam. On sent dès le tout premier épisode, qu'elle est le véritable noeud de l'intrigue mais qu'elle ne lâchera rien avant la fin...et quelle fin! 

Je pourrais parler d'absolument tout le casting tant je les ai aimé mais je ne m'attarderai que sur trois d'entre eux: Russell Tovey, Eddie Marsan et Alun Armstrong. Russell Tovey est un jeune acteur que j'apprécie beaucoup, que vous avez obligatoirement croisé si vous avez vu des productions de la BBC ou d'ITV de ces dix dernières années. Il nous offre ici un John Chivery qui m'a fait complètement fondre. Il est tellement cute que ça dégouline! Je suis vraiment une fan de son personnage même si je suis personnellement une membre de la team Arthur-Amy...il a su m'émouvoir comme peu de personnages y arrivent et c'est une très jolie prestation. 
Eddie Marsan est un habitué de ce genre d'adaptation (vous avez pu le voir en Inspecteur Lestrade dans le Sherlock de Guy Ritchie). Il est purement génial! Gros coup de coeur pour Pranks qui est un homme bon malgré son côté...hum...comment dire...awkward? C'est définitivement le personnage le plus Dickensien de l'adaptation avec celui d'Alun Armstrong. Alun Armstrong est un habitué de Dickens, il jouait déjà dans Bleak House. Il est tout aussi bon qu'Eddie Marsan dans la caractérisation d'un pur produit de l'imagination de Dickens. Jeremiah Flintwinch, homme à tout faire de Mrs Clennam et qui au fond n'est pas si mauvais qu'il n'en a l'air vous flanque la chair de poule quand même. Il est bossu, tordu comme seul un personnage de Dickens peut l'être et Alun Armstrong lui donne ici beaucoup de relief.

Vous l'aurez compris, le casting est à la hauteur du roman et tous sont parfaits dans leur rôle et parfaitement choisis.

A côté de ces choix de casting irréprochables, Andrew Davies fait preuve encore une fois de talent dans la conception des décors et des costumes. On retrouve à la fois le côté caricatural de chez Dickens, la maison branlante des Clennam en est une parfaite illustration, et le soin apporté à une adaptation d'époque. Les décors aident également à faire passer les émotions des personnages, on comprend mieux le lugubre ou au contraire la lumière qui émanent à la fois des pièces et des gens. Les costumes soutiennent les choix de décors. L'ostentation de la coiffure de Mrs Merdles renforce certains aspects de sa personne. Les infâmes robes roses de Flora Finching achève de la rendre ridicule. Quant au maquillage de Fanny Dorrit, il met en avant le contraste entre les deux sœurs. J'aime également beaucoup la musique et notamment le thème d'ouverture que je trouve tout à fait appropriée, elle a une sorte de mélancolie mais ne tourne jamais à la complainte désespérée.

Andrew Davies est rompu à l'exercice d'adaptation des classiques pour la BBC et on retrouve tout ce qu'on aimait dans Pride and Prejudice. Le sens du détail, le soin apporté aux multiples personnages, le choix de la longueur des épisodes font que Little Dorrit n'est jamais trahi, ni par ses interprètes ni par les choix de réalisation. On retrouve les excellents éléments qui font le génie de Bleak House dans Little Dorrit.

Une adaptation que j'aime énormément et que je vous conseille absolument si vous voulez découvrir le Dickens d'Oliver Twist avec une autre œuvre pleine d'humour et de charme.

Et juste pour vous amuser: spot the whovian....



11 commentaires:

Sabbio a dit…

Je suis conquise !!! J'avais trouvé sur youtube la "chaîne" d'une fan de mini-séries de la BBC où il y en avait une foultitude... il faut absolument que je la retrouve donc! :)

Sabbio a dit…

Ah et ma fille a lu tous les Chrestomanci, elle avait beaucoup aimé :) Je crois qu'on en a un billet sur mon blog!

Le Chat du Cheshire a dit…

Hé hé, encore une série que tu as réussi à me vendre ! Entre celle-ci Ripper Street, j'ai de quoi faire, et j'ai hâte de commencer ces deux séries :D !! (Points communs : Matthew MacFayden <3, une époque très intéressante...). Et ici, du Dickens ! Mais aussi pas mal d'acteurs de Doctor Who, j'ai bien l'impression :) !!

Perséphone a dit…

@Sabbio: Je suis tombée sur cette chaine aussi, c'est une mine d'or mais Youtube est une mine d'or en général :D (pour Chrestomanci je vais publier un billet demain, je suis ravie que ta fille soit une adepte!)

@Chat: Je suis une vile tentatrice je sais!! (oui pas mal de whovian)

Sabbio a dit…

Ma fille etnmoi attendront donc ton billet :)

Le Chat du Cheshire a dit…

Bad bad girl ;) ! Tu n'as pas honte de séduire de pauvres chats innocents ?
Comment vais-je faire si tu me envie de pleins de livres et de séries ? Ah là là... ^^

Perséphone a dit…

Tu as 9 vies devant toi non? ;)

Le Chat du Cheshire a dit…

Avec tout ce qui me tente, c'est pas 9 vies qu'il me faudrait, mais 90 :) !

Le Chat du Cheshire a dit…

Je viens de la finir, elle est absolument magnifique <3 !

Perséphone a dit…

Je te l'avais dit...*sifflote*

Le Chat du Cheshire a dit…

Hé hé, la vantarde ;) !
Faudrait maintenant que je trouve le temps d'écrire mon avis dessus, mais c'est pas évident !

Publier un commentaire