samedi 17 décembre 2011

Rachel Ray - Anthony Trollope



Présentation de l'éditeur: Rachel vit avec sa mère, Mrs Ray, et sa soeur aînée, Mrs Prime, toutes deux veuves, dans un cottage près de Baslehurst. Lors d'une promenade, Rachel fait la connaissance de Luke Rowan, héritier d'une part de la brasserie Bungall & Tappitt. Mrs Ray et la très prude Mrs Prime imaginent aussitôt Rachel en perdition! Pis, Rachel est bientôt invitée à un bal chez les Tappitt, où elle retrouve Luke Rowan dont elle tombe amoureuse. Dans ce petit monde provincial où sévissent cupidité et bigoterie, comment les deux jeunes gens pourraient-ils se faire une place?

La maison d'édition Autrement vient de sortir (enfin) la traduction française d'un roman d'Anthony Trollope, Rachel Ray, auteur de Miss Mackenzie et He knew he was right. Je ne connaissais pas Trollope avant de lire Rachel Ray et je dois dire que je suis favorablement encline à poursuivre ma lecture de cet auteur.

Le village de Baslehurst n'est pas vraiment une partie de plaisir. Les gens sont souvent mesquins, pingres et enclins à regarder ce que font les autres de leur vie. Pire que tout, la bigoterie règne dans le village. Ainsi, une jeune fille qui parle à un jeune homme est tout de suite une fille perdue. C'est du moins ce que pensent Mrs Ray et Mrs Prime, toutes deux veuves et bigotes et qui ont oublié qu'avant d'être une femme mariée ou une veuve, il faut passer par la case, jeune fille courtisée.
Mrs Ray est horripilante par son côté girouette et indécis, mais le pire c'est Mrs Prime, je l'aurais foutu à l'eau bien gentiment. Pour elle, une fille est perdue si elle fait autre chose que 1) rester chez elle et recevoir des "calls" de femmes honorables, 2) aller à la messe 3) aller aux réunions de charité. C'est un peu restreint non? Danser? C'est être de mauvaise vie. Parler à un autre homme que le pasteur? La prostitution la guette...bref, une bigote sèche et rigide que Trollope décrit à merveille!
A côté de Mrs Prime et Mrs Ray nous avons Rachel, jeune fille saine et gentille qui veut plaire à sa mère. Trollope nous dit qu'elle a des germes de rébellion en elle, ce que je trouve un peu abusé...Rachel Ray est quand même très souple. Si j'avais été à sa place, il y a longtemps que Mrs Prime aurait eu ce qu'elle mérite.
Même si j'ai bien aimé Rachel, le fait que ce soit une gentille fille, je la trouve quand même sacrément nunuche avec ses interrogations: "il m'a appelé par mon prénom, que dois-je en déduire? Il me plait ou pas? Si maman me dit non je lui dis non..."Elle a des accents de tête à claque par moment.

A côté, Luke Rowan est un personnage attachant. Il est jeune, volontaire, il veut améliorer la fabrique de bière et épouser Rachel, mais tout le monde lui met des bâtons dans les roues. J'ai aimé son côté droit et sûr de lui, il est charmeur et emballe facilement le lecteur de son côté. Ce n'est pas très difficile d'un autre côté. Mr Tappitt est borné et idiot (la loi n'est pas de son côté mais il s'entête) tandis que Mrs Tappitt, jalouse qu'il ait choisi Rachel au lieu d'une de ses filles (Augusta est à claquer), répand des rumeurs sur Rachel que la mère de Rowan s'empresse de croire.

Heureusement, parmi tout ce petit monde il reste quelques personnes intelligentes à commencer par le pasteur (pas l'horrible Mr Prong hein). Il autorise Rachel à aller au bal, après tout elle a un chaperon, c'est raisonnable et puis si les garçons et les filles ne se parlent pas comment ils pourraient se marier? Là je suis tombée à genoux, enfin une personne normale! La fille du pasteur est un chaperon sympa aussi, tout à fait normale: Mais oui Rachel valser c'est permis, mais oui Rachel refusez ce monsieur il est moche! HOURRA!
Cherry Tappitt est aussi un bon personnage. Amie de Rachel, c'est une jeune fille vive et sans malice aucune.

Trollope décrit les travers de la société provinciale de l'Angleterre victorienne avec une verve sans pareil. La bigoterie, la pingrerie, la jalousie aucun travers n'est laissé de côté et chaque personnage représente une facette obscure du tableau. J'ai beaucoup aimé le rendez-vous entre Mrs Prime et Mr Prong. C'était savoureux de voir qu'il arrivait à la bigote ce qu'elle aurait banni pour sa propre soeur. Il y a beaucoup d'humour dans Rachel Ray. L'auteur se moque des gens avec délice. Malgré tout, je n'ai pas accroché au personnage de Rachel. Elle n'a pas le relief d'une héroïne de Dickens, de Jane Austen ou d'Elizabeth Gaskell. Le côté nunuche était horripilant.
Le second problème était qu'arrivé à la moitié du roman toute l'intrigue est déjà en place et on se demande bien ce qu'il va pouvoir se passer ensuite. Finalement la seconde moitié de l'histoire est plus une suite de rebondissement pour achever une histoire qu'une continuation cohérente de la critique amorcée par Trollope. Je pense que Rachel Ray avait pour but de dénoncer des travers et que l'histoire était plutôt au second plan. Néanmoins l'écriture de Trollope est savoureuse et je la recommande chaudement. Pour ma part je pense poursuivre avec Miss Mackenzie et le téléfilm de la BBC He knew he was right (non non pas QUE pour David Tennant :p)

Lu dans le cadre du mois anglais !

8 commentaires:

Allie a dit…

Je me promets de découvrir Anthony Trollope cette année. J'en ai un qui m'attend dans ma PAL et un autre dans ma liseuse. J'espère que ce sera une heureuse rencontre! :)

Lou a dit…

J'hésite à me le procurer, je me retiens, j'attends d'avoir lu au moins un des trois Trollope en attente chez moi... 2012 sera l'année d'Anthony !

Titine a dit…

J'ai commencé ma découverte de trollope avec "Miss Mackenzie" que j'ai adoré. Je lirai bien entendu celui-ci également. Je retrouve bien l'esprit de Trollope dans ton article. J'ai aimé comme toi son ironie, son écriture fluide.

choupynette a dit…

j'ai lu The way we live now pour le mois anglais, et j'ai adoré de bout en bout! je compte bien lire d'autres romans de Trollope.

Emilie a dit…

Tout comme Allie et Lou, Trollope sera là en 2012 :D J'ai Miss Mackenzie qui m'attend déjà... (ma PAL me désespère tellement(ou pas, en fait)!)

Anonyme a dit…

J ai lu avec délice " le dr thorne" "miss Mackenzie " et " l héritage belton "
Je suis en train de lire " les enfants du duc" et là petite déception mais je crois surtout liée à la traduction.
Des expressions comme " c est des conneries tout ça " ou " c est la faite de ta copine " ou " le paternel ne sera pas content " jurent un peu avec l esprit victorien et aristocratique du récit
Je ne sais pas si c est volontaire de la part du traducteur ou s il n à pas trouvé de correspondance avec le français de l époque mais ça me gâche vraiment la lecture ...

Perséphone a dit…

Commence par le Doctor Thorne alors!

Perséphone a dit…

Rachel Ray m'est tombée des mains même si j'ai aimé le style de Trollope et Miss Mackenzie je ne l'ai pas fini je me suis ennuyée...En revanche je suis en train de lire le Doctor Thorne et j'adore. Comme quoi...

Publier un commentaire