dimanche 26 février 2012

L'enfant Allemand - Camilla Läckberg


Présentation de l'éditeur: La jeune Erica Falck a déjà une longue expérience du crime. Quant à Patrik Hedström, l'inspecteur qu'elle vient d'épouser, il a échappé de peu à la mort, et tous deux savent que le mal peut surgir n'importe où, qu'il se tapit peut-être en chacun de nous, et que la duplicité humaine, loin de représenter l'exception, constitue sans doute la règle. Tandis qu'elle entreprend des recherches sur cette mère qu'elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n'a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d'un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d'une croix gammée. Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, elle entre en contact avec un vieux professeur d'histoire à la retraite. L'homme a un comportement bizarre et se montre élusif. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné...

Après plus de 6 mois d'attente (oui, je l'ai réservé à la bibliothèque en Juin ou Juillet 2011) j'ai enfin été chercher le dernier Camilla Läckberg traduit en français. Comme je suis vraiment une fille sympa, j'ai écourté les souffrances du lecteur qui vient après moi dans la file des réservations, j'ai lu le roman en deux jours (admettez que je ne suis pas rancunière hein!)

C'est sûrement le roman de Camilla Läckberg que j'ai préféré parce que c'est le plus personnel pour son héroïne, Erika. D'habitude, même si Patrick et elle connaissent les victimes de loin en loin, on ne peut pas dire qu'ils soient vraiment impliqués personnellement dans l'enquête. J'avais beaucoup aimé l'intrigue de L'oiseau de mauvais augure, mais j'admets que ce tome là a une saveur particulière.
Cette fois-ci, Erika enquête sur le passé de sa mère, de ce fait elle plonge dans les années noires de la Suède et de la Norvège.

L'intérêt dans ce roman c'est la vision de la Seconde Guerre Mondiale du point de vue d'adolescents suédois. En France je sais qu'on étudie à l'école la Seconde Guerre Mondiale presque exclusivement du point de vue français ou du moins européen. On sait peu que la Norvège a été occupée par les Allemands, que la Suède avait un fort passé d'amis du nazisme et que malgré tout des résistants passaient de Suède en Norvège et inversement pour apporter des nouvelles, des informations et des vivres. C'était très intéressant car Camilla Läckberg ne décrit pas l'ensemble de la guerre, mais le quotidien d'adolescents pris dans quelque chose de beaucoup plus grand qu'eux et qui a un côté terriblement proche mais aussi terriblement lointain. Entre le sympathisant nazi et le résistant, la gamme est assez étendue. C'est un côté du roman vraiment intéressant car on voit aussi les traces que le nazisme et la guerre on laissé à Fjallbäcka.
Un peu comme dans Millenium, Camilla Läckberg montre que les groupements néo-nazis existent en Suède et que le passé reste un vrai problème pour le présent.
Son nouveau personnage de Paula Morales, jeune femme qui a émigré en Suède à l'âge de 8 ans est assez révélateur des problèmes de la Suède. Bien qu'elle soit venue en Suède très jeune et qu'elle parle couramment la langue sans aucun accent, elle est quand même victime du racisme à cause de ses cheveux noirs et de ses yeux assortis.
Comme toujours, en plus de l'enquête policière, Camilla Läckberg développe de nombreux sujets: l'éducation des enfants, le couple, les familles recomposées. Ce tome tourne beaucoup autour de la famille et des difficultés qu'il peut y avoir dans la vie des uns et des autres.

J'ai bien aimé retrouver Erika, Patrick, Maja, Martin, Anna et Dan. Les histoires de Mellberg sont toujours rocambolesques mais ça m'a bien plu, il devient plus attachant au fil des tomes celui-là.

Je ne peux pas trop parler de l'intrigue en elle-même sans risquer de dévoiler des éléments importants mais elle m'a plu. L'intrigue est bien ficelée, mélange de récits du présent et de récits du passé qui s'entrecroisent et dont on perçoit petit à petit la cohérence. Jusqu'au bout le suspens est maintenu même si l'auteure laisse échapper des indices tout au long du récit.

Un bon roman de la série des Erika et Patrick Flack-Hedström à découvrir pour ceux qui ont déjà entamé la série.

0 commentaires:

Publier un commentaire