jeudi 23 février 2012

Le journal d'Aurore - l'intégral - Marie Desplechin



Présentation de l'éditeur: 5 octobre ; Si quelqu'un n'avait pas remarqué le cadenas qu'il vient d'ouvrir en traître, je rappelle que ceci est mon journal intimement intime. Et que je maudis par avance toute personne qui y jettera les yeux. Qu'elle soit maudite jusqu'à la fin de sa vie, qu'elle ait des allergies, des pellicules et des appareils dentaires à élastiques.
7 octobre. Bon sang, j'ai une quantité industrielle de trucs à raconter. Mes journées sont bourrées d'événements. Quelquefois, j'ai l'impression qu'elles vont exploser. En plus, je ne sais jamais si je suis hyper excitée ou hyper malheureuse. Ma vie est un Himalaya d'hyper hésitations.

Le journal d'Aurore est composé de 3 romans, chacun relatant une année de vie de la demoiselle. Nous avons donc: Jamais Contente, Toujours fâchée, Rien ne va plus.

Aurore est une emm*******, une ado, une vraie. Ceci dit, elle n'a pas tous les tords. Entre une grande soeur superbe et une petite soeur super intelligente, c'est un peu dur de se faire une place. Surtout lorsque ses parents ne sont pas spécialement intéressés par leur fille.
Du coup, Aurore 15 ans, en plein tourment amoureux (elle n'a pas de vie sentimentale voyez-vous et n'en aura jamais, entendons-nous bien, cette fille est faite pour la pauvreté et la solitude) décide de rédiger un journal. Oui vous avez compris, c'est à nous de le lire!

Cette série jeunesse se lit à une rapidité déconcertante. C'est drôle, c'est frais et malgré le fait qu'Aurore soit souvent pénible et pas très aimable, on finit par s'attacher à ses états d'âme et caprices d'adolescente. En fait son journal c'est plutôt celui de la crise d'ado et ça fait bien rigoler. Entre un langage fleuri et imagé et une capacité à dire des bêtises assez hallucinante, Aurore et son journal nous font passer un bon moment.
Personnellement je n'ai pas reconnu en Aurore l'adolescente que j'ai pu être, ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier les situations cocasses, drôles et faussement tragiques de sa vie, loin de là. J'en riais toute seule dans le métro (again...of course).

Autour d'elle gravite sa petite famille et ses ami(e)s qui vont qui viennent. Les parents ont plutôt l'air dépassé par les évènements et au moindre changement dans le comportement d'Aurore ils n'osent plus respirer (on ne sait jamais, elle pourra peut-être cacher une bombe sous son tee-shirt taille 12 ans). Sa petite soeur est une madame-je-sais-tout un brin vilaine (comptez sur Sophie pour cafarder ou pointer du doigt LE détail qui tue, à table surtout), parfois franchement punaise, parfois c'est Aurore la punaise. Jessica, la soeur aînée, langue trouée et fiancé étranger au bras est LA fille cool pour Aurore, tellement cool qu'elle la déteste, logique. Quant aux grands-parents, entre un papi sourd par intermittence (pour ce qui l'intéresse en gros) et une Mamie folle du Dalaï-Lama il y a de quoi faire aussi.
La dessus on rajoute Lola, la meilleure amie qui s'habille comme un jour de fête foraine (maquillage compris) et Samira qui fait la tête une fois sur deux (on ne sait jamais, des fois qu'Aurore lui préfèrerait ses frères).

C'est assez difficile de faire un bon résumé de ce qu'il se passe dans sa vie parce que d'une, c'est un journal donc c'est écrit comme tel et de deux, les intrigues de sa vie évolue avec elle. En tout cas j'ai aimé la voir changer au fils des mois, des saisons et des années. Les personnages évoluent autour d'elle ce qui est très bien aussi: la situation d'arrivée n'est pas la même que celle de départ. Les tomes s'étoffent évidemment puisque Aurore s'habitue à écrire et je crois que j'ai préféré le 1er finalement et le dernier.

Le style de Marie Desplechin est enlevé, drôle. Le langage et les expressions qu'elle utilise font un peu penser à Malika Ferdjoukh. Même si elles ont chacune un style propre, on sent bien que Aurore, qui pourtant n'arrête pas de dire qu'elle est idiote possède un vocabulaire "vieille France" plutôt fourni. J'aime assez cette façon d'écrire, parce que mis entre les mains d'adulte (ou de jeunes adultes, why not) ce roman ne fera pas trop bébé malgré une thématique adolescente. Pour des enfants (ou ado) le style enrichi le vocabulaire et est tout sauf simpliste. J'aime bien aussi l'emploie de certaines vieilles expressions, un peu comme dans Kaamelot, c'est plus élégant et tout aussi drôle.

Donc Le journal d'Aurore est parfait pour les adolescentes un brin rebelle, avec de l'humour et pour les adultes qui veulent se détendre en riant sous cape de leur ado ou des ados qu'ils ont pu être. Un bon moment de lecture parfait pour un moment de détente!

Merci à Doriane et aux Editions de l'Ecole des loisirs pour ce roman marrant comme tout.

0 commentaires:

Publier un commentaire