mardi 10 janvier 2012

Soulless - The Parasol Protectorate #1 - Gail Carriger


COUP DE COEUR DE PERSEPHONE

Ultime vérité: Avec Peabody-Emerson tu glousses, avec Tarabotti-Maccon tu couines. CQFD.

Présentation de l'éditeur: Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté !
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

Vous l'aurez remarqué je suis dans une période un peu romance. En fait je n'ai pas fait exprès d'enchaîner les Peabody-Emerson et les Tarabotti-Maccon mais il se trouve qu'ils étaient dans ma PàL depuis un moment et que par le plus pur des hasards ils se sont retrouver en même temps entre mes mains.

Evidemment après Peabody j'étais sûre d'adorer Soulless et effectivement c'est le cas. Il faut cependant être clair, Soulless est beaucoup plus "romance" que Peabody et ce pour deux raisons (je vais devoir définir romance parce qu'apparemment ma définition n'est pas la définition canonique).
Tout d'abord l'histoire d'amour prend beaucoup plus de place que le mystère dans Soulless que dans Peabody. Là où Peabody mène l'enquête, c'est plutôt l'enquête qui tombe sur Alexia Tarabotti. Ensuite et je ne vous spoile pas en vous disant ça mais je le fais pour que vous soyez pleinement conscient de la teneur du roman, Soulless est largement plus hot que les Peabody. Rien de vraiment hard mais bon il faut le savoir cela concerne une bonne partie du roman.
Remarquez je ne m'en suis pas plainte du tout hein (Lord Maccon involved!)

Alors oui c'est vrai ce premier tome est à moitié concentré sur une histoire, une sorte d'énigme à résoudre et à moitié sur une histoire d'amour. Autant prévenir.
Personnellement j'ai beaucoup aimé parce que j'ai trouvé que l'ensemble était bien dosé, les deux s'entremêlent assez bien ce qui fait qu'on ne peut pas s'ennuyer, il n'y a pas de temps mort dans le récit (et il y a un potentiel de couinage assez important).

En ce qui concerne l'histoire d'amour j'ai beaucoup aimé la façon dont Gail Carriger amène tout ça. Evidemment on sait tout de suite comment ça va finir entre Maccon et Tarabotti et d'ailleurs le lecteur le souhaite très fort mais les tergiversations des personnages sont très bien rendues. D'un côté Lord Maccon se méprend sur ses sentiments, il pense que ce n'est que son côté "loup-garous" et juste ses instincts animal alors qu'il est tout simplement amoureux. De son côté Alexia est tellement persuadée qu'elle est laide et qu'elle ne vaut rien qu'elle ne pense pas 5 secondes que Lord Maccon puisse vraiment s'intéresser à elle. Du coup elle fait tout ce qu'elle peut pour que Lord Maccon ne se sente pas "obligé" d'être avec elle. Du coup je n'ai pas trouvé tout ce préambule et les premières tergiversations (parce que je vous rassure, au bout d'un moment ils ne se posent plus vraiment de question) des personnages trop lourdes. Vraiment, pour moi c'était bien dosé et crédible. Du coup j'ai beaucoup apprécier lire leurs échanges phénoménaux! C'est toujours une partie de plaisir de les voir se chamailler, se séduire et presque jouer l'un avec l'autre et puis Lord Maccon est trop swoonnant....il est terriblement magnétique et puis c'est un loup-garou et j'adore les loups-garous.

Alexia Tarabotti est extrêmement touchante et je m'en suis sentie vraiment très proche. Sa famille est tout bonnement affreuse, j'ai envie de claquer sa mère et ses demi-soeurs vraiment très fort.
Depuis qu'elle a 15 ans tout le monde lui répète qu'elle est laide (elle a le teint bronzé et un long nez), des cheveux très noirs, qu'elle est trop ronde (un comble pour le XIXe quand même) et que ça ne sert à rien de dépenser des sommes folles pour l'habiller puisque de toute façon personne ne voudra d'elle. Ca m'a fait sortir de mes gonds et du coup je me suis prise de sympathie pour Alexia immédiatement! Le personnage est d'ailleurs cohérent avec lui-même ce qui se révèle être très agréable. C'était très bien amené de la part de Gail Carriger et les interrogations d'Alexia ne sont pas répétitives. Elle n'a rien de la petite oie blanche qui se pose des questions idiotes. C'est vraiment ce que j'ai aimé avec ce personnage.

Le roman est clairement steampunk. Je dois dire que là encore j'ai très vite accroché avec l'ambiance. Je pense qu'il est steam mais pas trop. L'idée est originale. Les vampires et loups-garous, fantômes et autres se sont faits connaître vers le XVIe siècle. En Angleterre ils ont été reconnu par Henry VIII et depuis Elizabeth sont organisés en Hive (ruche) pour les Vampires et Pack (meute) pour les Loups-garous l'ensemble étant contrôlé par le BUR c'est à dire le Bureau de contrôle des êtres supernaturels. Le système est vraiment bien pensé, logique et crédible. Aux Hives et Packs (ce sont les termes anglais) il faut ajouter que des drones et des clavigers servent les vampires et les loups-garous. Les drones espèrent pouvoir être fait vampires et les clavigers loups-garous. Enfin vous avez les roves et les loners qui sont des vampires ou loups-garous n'appartenant pas à un ensemble de ses congénères.
Et puis vous avez Alexia Tarabotti, un preternatural, une sans âme dont la particularité est de neutraliser les êtres supernaturels rien qu'en les touchant. Tout un monde donc, mais facile à comprendre. L'esprit steam se retrouve vraiment dans la fameuse ombrelle d'Alexia!

L'histoire est elle aussi bien menée ni trop simple ni trop complexe et elle présage des aventures intéressantes pour les autres tomes! J'ai hâte de voir comment tout ça va se complexifier parce que je pense que ce n'est pas fini. Les derniers chapitres étaient particulièrement prenant. C'était à la fois affreux, drôle, émouvant, émoustillant, un pot pourri de sensations bien agréables!

Pour résumer, si vous avez encore des doutes: LORD MACCON (beau, compliqué, écossais, loups-garous...)

Lu dans le cadre du mois anglais et du challenge Steampunk!
Soulless est aussi une lecture Commune avec Miss Blueberries (qui a adoré) et Pandamouflé. Vous pouvez aussi aller chez Miss Babooshka tout à fait d'accord avec nous!


12 commentaires:

Nanou a dit…

contente que tu ais succombée à Lord Maccon (le combo écossais+loup graou n'arrange rien xD) et hâtes-toi de lire les tomes suivants ! Moi je viens de finir le 3 *-* j'ai le 4 qui m'attend et en février sort le 5 que du bonheur ^^

Maribel a dit…

Je suis ravie que tu ais apprécié ce livre! Le deux est aussi bon! J'ai commencé le trois, mais j'ai dû le mettre de côté par manque de temps, je n'étais qu'au tout début. J'ai hâte de le reprendre car l'auteure sait vraiment comment rendre son histoire palpitante.

Clelie a dit…

Hello Perséphone,
Ce livre me fait de l'oeil depuis quelques temps, mais je n'ai pas osé me jeter dessus...
Ton excellent article vient de me faire succomber !
Merci pour ce bel avis et à bientôt !

Titine a dit…

Décidément vous êtes toutes unanimes quant à ce roman, il va falloir que je le découvre aussi !

Perséphone a dit…

@titine: oui oui oui et 100 fois oui!!!

Sabbio a dit…

Je l'ai sur ma LAL depuis l'an dernier et j'ai hâte de le découvrir!

Sabbio a dit…

Pfiou, je découvre dans ta liste de challenges certains (beaucoup) que je ne connaissais pas mais qui me tentent énormément!!! o_o Celui de George consiste en quoi, je n'ai pas trop compris :/

Perséphone a dit…

Le Challenge de George consiste à lire des livres dont les titres comprennent certains mots comme Livre, lecture, roman etc ^^

Sabbio a dit…

Génial ^^

Lord Orkan Von Deck a dit…

Vu le carton que cette série fait sur la blogosphère, je crois que je vais aller chercher immédiatement ce livre (je l'ai caché dans un recoin des étagères d'un bouquiniste pour me le garder bien au chaud ^^)

Perséphone a dit…

J'espère que tu es bien prévenu que c'est de la Romance, tu ne diras pas que tu ne savais pas :D

Margaux a dit…

Oh ben il me plait bien! Va falloir que j'y pense et que je fasse une commande au Père Noël...

Enregistrer un commentaire