samedi 28 janvier 2012

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K Rowling



MEET AT THE PLATEFORM 9 AND 3/4

COUP DE COEUR DE PERSEPHONE

Vous vous en doutez bien, Harry Potter n'est pas une découverte pour moi. Depuis que je l'ai découvert à l'âge de 12 ans (en fait au moment de la sortie) je suis une véritable fan du monde mis en place par J.K. Rowling et espère vivement qu'elle continuera à écrire d'autres romans car son imaginaire semble inépuisable.

Damien a proposé sur Whoospy Daisy une lecture commune des tomes du sorcier célèbre avec un tome par mois entre janvier et juillet (la boucle est bouclée pour l'anniversaire d'Harry). La lecture du Tome 1 est organisé par Miss Chocolat. Je vais donc répondre à ses questions avant de développer certains aspects du roman que j'adore.

ATTENTION: PEUT CONTENIR DES SPOILERS

1) Comment trouvez-vous l'entrée dans l'univers de la magie?

J.K Rowling est une femme intelligente. Le premier chapitre est véritablement une perle car outre la première phrase du roman qui vous donne le ton "The Dursley were perfectly normal, thank you very much", elle nous fait découvrir le monde magique par les yeux des Dursley avec tout le côté loufoque que ce monde comporte. Les chapitres suivant nous permettent de voir ce nouveau monde par les yeux de Harry petit à petit. Le lecteur, qui entre dans ce monde au côté d'un héros ignorant grandit pas à pas avec celui-ci. Nous ne sommes jamais submergés d'informations, tout est distillé progressivement et je pense que c'est pour ça que le monde d'Harry Potter semble si familier, car notre adaptation à ce monde est progressive, nous apprenons toujours plus au fil de tome et en même temps, une partie de ce monde là nous est connu presque de façon instinctive.

2) Que pensez-vous des personnages secondaires?

J'en viens sérieusement à me demander s'il y a des personnages secondaires...Certes Harry donne son nom au roman, mais Harry n'est rien si le monde qui l'entoure n'est pas présent. Pour moi tous ces personnages sont importants, Dumbledore, McGonagall, Snape et Malfoy, Hagrid, Ron et Hermione sont autant des personnages principaux que Harry.
Je suis une fan de Harry, indéfectible jusqu'au bout, jamais il ne m'énerve, jamais je ne le trouve prétentieux ni "élu" au contraire, je trouve qu'il a beaucoup de sang-froid et de courage pour etre si lucide sur ce qui l'entoure et les dangers qui le menace. Ron est un personnage adorable, stupide parfois mais je comprends son caractère et je l'apprécie énormément. Hermione me ressemblait un peu quand j'étais petite (ou bien est-ce moi qui ressemblait à Hermione) du coup je comprends très bien ses angoisses quant à ses notes ou la bonne conduite mais j'aime aussi qu'elle remette tout ça en question pour questionner sa loyauté et ses priorités. Neville....ah Neville. C'est un personnage terriblement discret et pourtant si important, comment ne pas aimer Neville? D'un autre côté comment ne pas détester Malfoy? Je suis une Dumbledore Fan aussi quoi qu'il arrive, je suis dans sa team parce que j'adore les personnages de Merlin comme lui, il est si fantasque, drôle et surtout on a l'impression qu'à ses côtés on ne craint rien. De nombreuses fois au cour de mes lectures je me suis sentie soulagée lorsqu'il apparaissait. Cela vous fait cet effet là à vous aussi? Hagrid et McGonagall sont aussi dans mes chouchous (rien que pour les bitch-face de Maggie Smith ^^). En contrepartie je déteste Snape...faut bien une justice non?

3) D'après vous quand Harry découvre-t-il l'amitié?

Pour moi il commence à entrevoir l'amitié avec Hagrid, quand il comprend et essaye d'intégrer l'idée qu'un autre être humain peut s'attacher à lui, lui montrer qu'il est important. Pour moi, le gâteau d'anniversaire est déjà un pas vers l'amitié et l'attachement qu'Harry va éprouver pour son petit cercle. Paradoxalement cependant, je trouve qu'il découvre vraiment le sens du mot amitié après l'épisode du Troll. Certes avec Ron ça colle bien tout de suite (j'ai souvent été très amie avec les premières personnes que j'ai rencontré quelque part), c'est évident, Ron est quelqu'un de bien, il partage l'inimitié qu'il éprouve pour Malfoy. Cependant le point culminant est lorsqu'il va au-delà de l'apparence et s'attache à Hermione pour ce qu'elle est. Parce que c'est beaucoup plus difficile de s'attacher à Hermione au fond, mais il le fait quand même.

4) Qu'aimez-vous en particulier dans ce tome?

Tout! Obviously!
Pour être plus sérieuse ce que j'aime par-dessus tout c'est de voir à quel point J.K Rowling nous met entre les mains toutes les clefs de lecture pour décrypter la suite. Dès le début nous avons tout en main, il suffit juste de bien savoir regarder. Les personnages sont construits dès le début, certes ils évoluent mais néanmoins, le germe de leur personnalité est là déjà. Neville est déjà le héros qu'il va devenir, dès le premier tome il montre énormément de courage et d'abnégation. Malfoy est un lâche déjà, il se donne des airs mais c'est du vent (effectivement...). Dumbledore est déjà l'homme qui en sait plus qu'il ne le dit. Quant à Hermione on sent déjà en elle, le personnage indispensable qui est nécessaire à Harry.
J.K Rowling nous offre tellement de détail sur des personnages mineurs mais ô combien importants par la suite, sur des objets, de question qu'elle pose et qui ne trouveront une solution qu'à la fin: "A qui appartient le sang sur les vêtements du Bloody Baron?", les centaures de la Forêt interdite, "Pourquoi Voldemort voulait tuer Harry?", Sirius, la cape d'invisibilité, Gringotts et encore je dois oublier des détails tant il y en a.

J'ai beaucoup aimé que dès le début elle nous montre que Harry ne pourra pas s'en sortir seul. Le passage dans la trappe du 3eme étage le montre bien, Harry a besoin d'Hermione et de Ron pour vaincre. A la différence de Voldemort, il est entouré et s'appuie sur ses amis pour gagner.

Une autre chose que j'ai immédiatement adoré c'est le personnage de Molly Weasley. Parce qu'avant d'être "humaine" je pense que Molly est une maman et que sa réaction en voyant Harry la première fois, fait que d'emblée on a envie de s'attacher aux Weasley. Contrairement aux autres qui voient en Harry une sorte de légende, Molly voit un orphelin et je pense qu'elle imagine ses propres enfants dans cette situation. Je trouve ça très touchant et c'est quelque chose qui ne m'avait pas frappé à ma première lecture.

Je ne suis pas une fan de Snape...c'est dit. En fait, grâce à cette lecture commune je crois que j'ai compris pourquoi je n'aime pas et n'aimerais jamais Snape, malgré tout ce qu'on apprend sur lui au fil des tomes, malgré son comportement héroïque (j'en conviens) et malgré la prestation sublime d'Alan Rickman. Tout simplement, parce que c'est Snape qui déclenche les hostilités. Harry arrive dans le monde de la magie, il ne connait rien, rien à la magie, rien sur sa famille, sur les différents conflits magiques qui opèrent dans ce monde là et Snape, dès le début prend Harry en grippe, il s'en prend à un gamin de 11 ans qui n'a strictement rien fait, parce que certes Harry peut agacer parfois dans les tomes suivants, mais il faut bien admettre qu'au début du tome 1, Harry n'a strictement rien fait. Du coup cette hostilité inutile marquée à un gamin de 11 ans, me gêne, surtout parce que par ailleurs Snape est quelqu'un de très intelligent et qui sait faire preuve de discernement. En s'attaquant à Harry, il en fait son propre ennemi alors que l'ignorance aurait été préférable...
Cela dit, (oui parce que j'ai pas mal réfléchi au sujet quand même) c'est là un coup de génie de la part de J.K Rowling car, en montrant une hostilité ouverte de Snape contre Harry, elle fait dériver le lecteur du premier au dernier tome. Si à chaque fois elle nous montre que Snape n'est jamais ce qu'il prétend être, avec ce début "râté" elle nous offre une némésis qui focalise l'attention et nous maintient un suspens insoutenable. Je trouve que c'est un véritable coup de génie de la part de J.K Rowling.

Enfin j'ai une adoration pour la langue qu'elle utilise, la fluidité de son texte et surtout les jeux de mots dans plusieurs langues (latin, anglais, français) que J.K Rowling met en place dès ce premier tome. On sent qu'elle a étudié en France et qu'elle parle le français car elle l'utilise à merveille: Voldemort....le grand méchant d'Harry Potter porte un nom évidemment facile à comprendre pour nous autre francophone. Malfoy est aussi caractéristique...mauvaise foi, voila bien un adjectif qui caractérise à merveille Drago!
Je trouve son travail des noms absolument effarant! Minerva McGonagall...Minerva, nom latin de la déesse Athéna, avouez que cela correspond parfaitement au professeur écossais. Je trouve que cela rend très bien la rigidité et l'intelligence du personnage! Severus Snape, magnifique allitération qui tient du serpent persifleur...(et ne parlons pas de Sirius Black et de Slughorn, nous n'en sommes pas là mais l'image est magnifique!).
Même si j'ai fais cette relecture en anglais, je tiens à saluer la qualité de la traduction parce que vraiment, on sent que le traducteur (je crois qu'il s'agit d'un homme) a vraiment beaucoup travailler pour rendre la qualité de la langue de J.K Rowling et ce n'est pas rien de le dire!

Une relecture magnifique (comme d'habitude), heureusement février est proche, je n'attendrais pas longtemps pour retrouver Harry, Hermion et Ron!

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Presque tout ce que tu dis correspond exactement à l'impression que m'a aussi laissée cette série ! J'ai aussi été sensible à la saveur de certains détails comme la toute première phrase, par exemple.
Par contre, j'ai une autre interprétation à proposer pour le nom de "Malfoy" : est-ce que ça ne pourrait pas vouloir dire quelque chose comme "celui qui a foi en le mal" ?

Perséphone a dit…

Pour moi c'est vraiment "de mauvaise foi" dans la version en vieux français. Non pas que ton interprétation ne m'aille pas, mais peut-être est-ce un peu trop pour le personnage? Je veux dire, Malfoy ne crois pas vraiment au mal en lui-même, d'ailleurs il est bien incapable de commettre de "vraies" mauvaises actions. Pour moi c'est un personnage de l'esbroufe, mais pourquoi pas penser ça comme ça. Il faudrait demander à J.K Rowling! ^^

Mascha a dit…

Wow! quelle magnifique analyse! :D

Publier un commentaire