dimanche 29 janvier 2012

Casanova (BBC 2005) - Russell T Davies & David Tennant


Château Dux, en Bohème, 1798. Casanova, vieillissant et sans sous, se retrouve bibliothécaire dans ce château ou il est raillé. La jeune Edith, fille de cuisine, dont le père lui racontait les histoires de ce Giacomo Casanova, est intriguée par le personnage. Casanova entreprend alors de lui raconter son histoire tumultueuse et le magnifique chassé-croisé de sa vie avec Henriette, son grand amour.

CASTING

David Tennant ........................................................ Casanova jeune
Peter O'Toole .......................................................... Casanova âgé
Rose Byrne ............................................................. Edith
Rupert Penry-Jones ................................................. Grimani
Shaun Parkes ........................................................... Rocco
Laura Fraser ............................................................ Henriette
Nina Sosanya .......................................................... Bellino

Bon, mettons les choses au point de suite: Casanova n'est pas un film historique, loin de là! Mais j'ai envie de dire: on s'en fout! Ce n'est clairement pas le but de Russell T. Davies, même s'il garde une certaine trame. Les personnages (et anecdote de la rencontre) avec Bellino le castra est vrai, Henriette a vraiment existé et Casanova s'est vraiment échappé de la prison de plomb. De même, ses différents voyages a travers l'Europe sont plus ou moins véritable.
Mais je pense que ça s'arrête là.

Au fond, Russell T. Davies nous offre une version déjantée et Rock'n'Roll de l'histoire de Casanova. Je pensais qu'on aurait une version assez hot à la mode Tudor, en fait le parti pris de Davies est plus fin. Certes (et surtout dans le premier épisode) nous assistons à plusieurs scène de débauche, dirons-nous, mais elles sont toujours drôles. Ce sont plus des scènes comiques qu'autre chose et je dois dire que le talent de Tennant pour la comédie est évident!
Les costumes sont loufoques au possible! Très peu historiques, ils collent bien au propos pourtant et ajoute au côté déjanté de la série. Les costumes de la cour de France sont à mourir de rire! Les robes à panier sont tellement courte que les paniers sont presque nues. Les danses sont aussi complètement folles.
Cela donne une mini-série très colorée, très enjouée qui met de bonne humeur.

J'ai adoré la caricature de la cours d'Angleterre! Honnêtement, c'est un des passages qui m'a fait le plus rire. J'adore les anglais et leur sens de l'auto-dérision, sincèrement c'est magique. Quand on entre dans cette cour et que l'homme qui y introduit Casanova lui dit qu'il ne doit pas être choqué par cette cour un peu lubrique, j'ai failli exploser de rire! On se croirait dans le salon de Jane Austen! Comparé à la cour de France, on est très loin du mouvement spécial de Casanova. Un excellent moment d'humour anglais, rien que pour cette scène, la série vaut le coup d'oeil.


Daviiiiiiiiiiid est sublime comme d'habitude (comment ça j'en fais trop Cheshire? On n'est fait jamais trop pour Daviiid), il donne vie à un Casanova passionné, fou, terriblement agité et drôle. Cette mini-serie a été tournée en 2005 et je n'ai aucun peine à comprendre pourquoi Davies lui a proposé le rôle du Doctor. On retrouve dans Casanova les prémices de ce qui fera Ten. Le côté "What?" ou encore les questionnements rapides, les mimiques, les demi-sourires sont vraiment des ébauches du rôle du Doctor.
C'est un Casanova un peu atypique tout de même, le côté Skinny man n'est pas évident à concevoir, mais dans un univers Rock'n'Roll, cela passe très bien.

J'ai été très émue par l'histoire avec Henriette (Laura Fraser est assez mimi d'ailleurs, ils l'ont bien choisi), qui a véritablement été le grand amour de Casanova, même si leur histoire n'est pas aussi longue ni en chassé-croisé. C'est une histoire d'amour touchante qui a le mérite de montrer un Casanova humain. Certes Casanova aimait séduire mais il n'empêche qu'il a aimé et la série de Davies a le mérite d'apporter cette nuance au personnage. On s'attache d'autant plus facilement à Casanova qu'on entrevoit ce qu'il se passe en lui au sujet d'Henriette.


Les parties entre Peter O'Toole et Edith sont paradoxalement beaucoup plus sobre et "historique". J'aime bien ce décalage entre le jeune Casanova et le vieux. C'est assez clair et cela permet de donner un ton supplémentaire au récit, on sent (car les scènes se passent de nuit) le poids du passé de Casanova. Peter O'Toole est excellent comme d'habitude et Rosy Byrne touchante. (j'ai juste été perturbée par les lentilles bleues de David Tennant...ça lui fait un regard d'halluciné).

Je ne sais pas qui joue le fils adulte de Casanova mais j'ai trouvé cette dernière partie à Naple assez beurkkkkk (si vous l'avez vu vous me comprenez). J'ai trouvé ce personnage terriblement détestable dès sa première apparition et je crois que ça ne s'améliore pas par la suite.


Enfin, j'ai trouvé la fin très belle, très sobre parfaite pour conclure une série Rock'n'Roll, le repos reprend sa place dans ce monde de l'esbroufe.

Une mini-série qui m'a fait passer un excellent moment, si vous voulez rire (et rêver un peu quand même, il y David) c'est exactement ce qu'il vous faut!

4 commentaires:

Karine:) a dit…

J'ai adoré cette adaptation! J'ai beaucoup aimé comment c'est traité, en fait. Et j'ai une bio de Casanova depuis. Pas lue, of course...

JainaXF a dit…

Ah, Casanova, j'ai adoré moi aussi ! David y est évidemment génial, le rythmle et l'ambiance aussi, on rit, on est ému...une excellente mini-série britannique (pour changer) !

Tiens, si tu veux continuer de découvrir la filmographie de l'acteur, je te conseille aussi la série "Takin' over the asylum" (première série où il joue un des protagonistes), elle est vraiment très bien (même si elle est plus sombre) !

Perséphone a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Perséphone a dit…

Merci pour le conseil JainaXF!!

Publier un commentaire