mercredi 14 mars 2012

La probabilité statistique de l'amour au premier regard - Jennifer E. Smith


Présentation de l'éditeur: Elle a raté son avion? Elle prendra le suivant. Pendant ce temps à Londres son père se remarie? Elle n'avait aucune envie d'assister à cet évènement. Un jeune homme charmant s'assied à côté d'elle? le vol dure six heures, tant mieux si on peut allier l'utile à l'agréable.
Et vous, croyez-vous au destin, surtout quand il défie toute logique?

Comme promis voici mon avis sur le roman de Jennifer E. Smith que j'ai rencontré à Londres le 3 mars dernier. Le compte-rendu de la rencontre arrivera demain sur le blog.

J'aurai tout de suite envie de dire que ce roman est à l'image de l'auteure: tout doux.

Hadley a loupé son avion à 4 minutes. Quatre misérables minutes et son avion pour Londres est parti. En même temps, cela l'arrange parce qu'elle n'a pas du tout envie de se rendre au remariage de son père. Heureusement sur place elle rencontre Oliver, un jeune anglais qui se rend lui aussi à une cérémonie à Londres. Un vol de six heures, autant de temps pour se découvrir, se confier et se mentir.

Le personnage d'Hadley est intéressant, j'ai apprécié son côté ado en colère, cela dit elle a de bonnes raisons. Un père qui s'en va quelques mois pour donner des cours à Oxford et qui dans la foulée: divorce et reste en Angleterre. En plus il épouse sa nouvelle compagne et Hadley ne l'a jamais rencontré. De son côté, l'adolescente a dû gérer la dépression de sa mère et leur nouvelle vie à deux et dès que celle-ci est remise, Hadley est mise de côté. Autant dire qu'elle a des choses à régler avec ses deux parents et peut-être avec la future belle-mère. Dans un second temps j'ai trouvé le personnage mesuré. On comprend bien pourquoi elle en veut à la terre entière et certes si Oliver lui remet de temps en temps les idées en place, il faut bien avouer que la situation était dure à gérer pour une adolescente de 16 ans à peine. Hadley avec sa mauvaise foi et sa mauvaise humeur est tout de même attachante et le lecteur a vraiment envie qu'il lui arrive une belle histoire et qu'elle puisse régler ses soucis.

L'écriture du roman est très agréable à lire, surtout en ce qui concerne Hadley car si le texte est à la troisième personne, c'est une troisième personne qui respire la première personne (vous me suivez?). On ressent cette histoire du point de vue de Hadley, ses peines, ses joies, ses moments de découragement et ses petits bonheurs et c'est très agréable. Il y a une vraie réflexion dans l'écriture de Jennifer E. Smith et ça fait plaisir à lire.

Oliver quand à lui est un jeune homme intéressant car sous ses airs drôles, se cache de profondes blessures dont on sent bien qu'Hadley est loin de deviner. Il est charmeur, drôle et anglais: autant dire qu'il part avec un point d'avance pour moi n'est-ce pas?
Ce côté là de leur relation est particulièrement bien exploitée notamment les différences de mode de vie et surtout de langage entre Hadley l'américaine et Oliver l'anglais. Cela a été très difficile à traduire mais c'est un aspect vraiment important du roman. Ce jeu-là doit particulièrement se ressentir des deux côtés de l'Atlantique, peut-être comme le français et le québécois (je demande confirmation auprès des autorités compétentes!)

J'ai beaucoup aimé les flash-back d'Hadley dans son passé. Ils racontent toujours de petits moments simples de la vie quotidienne, des petits moments passés en famille avec son père ou de sa vie "d'avant". On comprend aussi pourquoi elle est là et tous les évènements qui l'ont conduit à prendre cet avion.

Le livre est en deux parties: Dans l'avion et à Londres. Les deux parties sont très différentes car l'on passe quasiment d'un tête à tête entre deux individus qui se découvrent et s'apprécie à un règlement de compte familial. Cela permet de construire une intrigue solide et crédible et l'opposition du côté calme de l'avion et de l'agitation de la vie londonienne était bien retranscrite.

Un dernier petit mot pour la route: je ne veux pas empiéter sur le compte-rendu de demain (puisque j'ai pu poser mes petites questions ^^) mais en fait pour moi ce livre ce n'est pas tant une histoire d'amour à l'eau de rose, qu'un roman sur les relations familiales et l'adolescence: le fait d'accepter des situations avec recul, de parler avec les autres. car au-delà d'une rencontre entre deux adolescents mal dans leur peau, c'est surtout un roman sur les relations familiales.
Le titre me plait beaucoup aussi car il est intriguant en soi (non non ce n'est pas un essai scientifique sur l'amour) et en même temps lorsque l'on ouvre ce roman, je trouve que l'on a beaucoup plus que prévu. Le lecteur ne se retrouve finalement pas devant une "simple" bleuette sentimentale mais sur une histoire un peu plus complexe que cela.

Ce roman a un vrai côté "Love actually" avec ses passages dans l'aéroport que j'ai trouvé très comparable au film en fait, ces instants où vous êtes en suspens, nulle part, comme dans une bulle de verre.

Si vous cherchez un roman doudou tout doux pour vous faire sourire et vous mettre des petits papillons dans le ventre c'est le livre qu'il vous faut!

Merci à Cécile et Isabelle de chez Hachette jeunesse pour ce roman et cette rencontre!

2 commentaires:

Karine:) a dit…

Tu dis "Love actually" et la fan des aéroports que je suis en sautille d'avance! C'est un one shot?

Perséphone a dit…

Oui c'est un one shot! Jennifer E. Smith n'aime pas écrire des séries ^^ ça fait du bien parfois.
Il y a un petit côté love actually oui dans le début du roman :D

Publier un commentaire