mardi 13 mars 2012

Darkfever (Fièvre noire) - série Fever tome 1 - Karen Marie Moning


Présentation de l'éditeur: «Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n'essaie de me tuer, c'est une bonne journée. Autant vous le dire, ça ne va pas très fort, depuis quelque temps. Depuis la chute des murs qui séparaient les hommes des faës. Pour moi, un bon faë est un faë mort. Seulement, les faës Seelie sont moins dangereux que les Unseelie. Ils ne nous abattent pas à vue. Ils préfèrent nous garder pour... le sexe.

Au fait, je m'appelle MacKayla Lane. Mac pour les intimes. Je suis une sidhe-seer.
La bonne nouvelle : nous sommes nombreux.
La mauvaise : nous sommes le dernier rempart contre le chaos.»


La vie de McKayla Lane est réglée comme du papier à musique. Cette jolie poupée barbie de 22 ans qui accorde systématiquement sont vernis à ongles au reste de sa tenue, n'a d'autre ambition dans la vie que de se faire bronzer au soleil de Georgie dans la maison de papa-maman. Etre barmaid, épouser un type du coin et rester pour le reste de ses jours en Georgie était le programme de Mac. Jusqu'au jour où sa vie bascule: sa soeur aînée Alina, en année à l'étranger au Trinity College de Dublin vient d'être retrouvée, assassinée.
Après quelques semaines d'errances, Mac prend une décision: se rendre sur place et retrouver l'assassin de sa soeur à la place de la police dublinoise mais à peine arrivée en terre celtique, Mac doit se rendre à l'évidence, sa soeur s'était fourrée dans un sacré pétrin et son dernier message n'augure rien de bon.

Voila, ça y est je suis contaminée. J'ai pas mal de chose à dire sur ce premier tome en fait (parce que oui Darkfever est le premier tome d'une série de 5 dont le dernier vient de sortir aux éditions J'ai Lu).

Je vais commencer par le personnage de MacKayla puisque le roman est à la 1ère personne. MacKayla est une bimbo blonde de 22 ans, pas vraiment intelligente ni cultivée, sans grande ambition mais qui est très vite attachant parce que si l'entendre répéter qu'elle a un métabolisme super et qu'elle est super bien foutue, ça énerve très vite, tout cela est compensé par un caractère agréable. Elle n'est pas compliquée, pas prétentieuse et au fond, elle est tellement paumée et fait tellement de boulettes que c'est rassurant de ne pas avoir en face de nous une "super héroïne" qui cumulerait tout.
J'ai beaucoup aimé sa transformation: de bimbo blonde elle passe à une jeune femme brune aux cheveux courts. Sans devenir complètement une autre, elle mettra longtemps à perdre son côté "arc-en-ciel", on sent une relative transformation. Physique d'abord, évidente, même si elle garde ses lubies de vernis à ongle, ce que j'approuve complètement, puis mentale, elle domine sa peur et prend sa vie en main. Cependant, la transformation est lente et à la fin de ce premier tome, Mac n'a pas complètement changé ce qui est bien. On la retrouve telle qu'elle était au début du tome et j'ai vraiment apprécié ça. Elle change tout en restant elle-même. Une belle cohérence difficile à tenir généralement dans ce genre de roman.

Parlons de Jéricho Barrons (que le public se calme s'il vous plait! Madame remettez votre pull!). Comment dire....pour l'instant je ne l'aime pas, il faut être clair. En même temps, je ne suis pas sûre que le but de KMM soit de nous faire aimer Barrons dès ce tome là. Il est agressif avec Mac, la prend pour une gourde, l'utilise sans vergogne et le lui-dit et maintient une espèce de distance étrange. Le personnage se révèle très différent de ce que l'on pourrait attendre. Il n'est pas du tout "cliché" et ça c'est à valoriser.
Certes il est beau, sensuel et terriblement charnel mais il est aussi très mystérieux et c'est ce qui en fait un personnage intéressant. Parfois gentleman, parfois ultra grossier le mélange est détonnant!
Ce qui est particulièrement habile je trouve c'est qu'on sent qu'il y a quelque chose entre Mac et Barrons mais cela reste vraiment très très léger et j'ai aimé qu'à la fin de ce tome, Barrons lui demande de continuer à l'appeler Barrons et non Jéricho et lui l'appelle Mademoiselle Lane. Cela montre une relation plus complexe et j'ai franchement aimé qu'ils ne se jettent pas l'un sur l'autre au bout de 3 pages, leur relation n'en sera que plus riche et le lecteur est désespérément titillé par le mystère qu'il représente. Donc pour l'instant je ne suis pas prête à me débarrasser de toutes mes fringues à l'écoute de son nom (pas comme un certain Lord écossais...hum sorry) mais on sent qu'il a un fort potentiel ce petit.

Quant à V'lane...OMG j'ai envie de dire. Si un jour je visite le musée de Dublin, ça va être comique pour ne pas rire!

Venons-en à l'histoire. On sent bien que Darkfever est un tome d'introduction. Il n'y a pas vraiment de ligne conductrice précise à par la découverte de Mac de ce nouveau monde. C'est un monde complexe et très difficile à appréhender que l'auteure met en place et j'ai aimé ça. Comme chez Gail Carriger on sent une réelle réflexion et sûrement une étude approfondie des mythes et légendes celtes. C'est un monde très original qu'elle nous offre et un peu d'originalité dans ce style de romans ne fait pas de mal.
C'était intéressant de voir se placer un monde parce que finalement à la fin de ce premier tome on en sait encore très peu, ce qui laisse présager des choses intéressantes pour la suite.

Le début du roman n'est pas le meilleur qui soit en revanche, il faut attendre le chapitre 7 pour vraiment apprécier l'histoire.
Je vais faire une petite remarque d'ordre général. Dans ce type de roman je préfère les ouvertures types: Parasol Protectorate avec une héroïne déjà au courant de ce qu'elle est, deux personnages déjà introduits dont on a évité les lourdeurs des débuts. Mais il faut savoir doser la chose pour ne pas perdre le lecteur.
Je le dis tout net j'ai beaucoup plus de mal avec les entrées en matière type Darkfever avec une héroïne qui découvre qu'elle n'est pas vraiment ce qu'elle est etc. C'est un style extrêmement difficile à réussir si l'on ne veut pas que cela soit nais et cliché. Or là, je dirais que ce n'est pas tout à fait réussi pour KMM. Avant le chapitre 7 le lecteur arrive à un point crucial: celui où le roman peut prendre deux directions: catastrophique ou géniale. Heureusement KMM prend la seconde option mais ça s'est fait à un cheveux.
J'ai lu quelque part une remarque comme quoi le style faisait très ado. Personnellement, je pense que c'est vrai pour le début car après tout Mac n'a que 22 ans, or à 22 ans on n'est encore pas très loin de l'adolescence. Le style s'affirme en avançant et là encore c'est très bien vu de la part de KMM de faire évoluer son héroïne en même temps que son élocution et ses réflexions. J'ai trouvé ça extrêmement crédible.

Pour résumer: un premier tome réussi, enjôleur, drôle et très sombre à la fois, sensuel, un brin érotique mais pas trop, de la magie, un beau ténébreux et l'Irlande....on achète non?

6 commentaires:

Cess a dit…

Bien sûr qu'on achète !!!
Et je te pari que tu enlèveras ton pull à la mention de Barrons ♥ avant la fin de la série ! :)

Perséphone a dit…

Pari tenu!

Séverine a dit…

J'ai survolé ton avis car le premier tome trône dans ma bibliothèque depuis quelque temps déjà au côté des deux premiers volumes du Protectorat de l'Ombrelle et je n'ai jamais essayé de m'y plonger encore. Disons que déjà, ce n'est pas vraiment mon style de lecture habituel. Et puis, auss, je ne sais pas ce que je redoute... La déception ou peut-être être obligé de me ruiner parce que je ne peux pas vivre sans la suite de la série... J'avais, il y a de cela quelques temps, cédé aux concerts de louanges concernant cette série sur la blogosphère et sur The Inn at Lambton et bon... Ton avis enfonce encore plus le clou. Peut-être que c'est typiquement le genre de lecture qui me ferait du bien en ce moment... Et tant pis pour la ruine si j'aime...

Perséphone a dit…

@Séverine: j'ai trouvé les tomes à la bibliothèque, ça vaudrait peut-être le coup de regarder de ce côté là si tu veux éviter la ruine.
Ce tome est vraiment un tome d'introduction. Je n'en suis pas amoureuse mais on sent vraiment qu'il y a un fort potentiel! J'espère que ça te plaira.

Julia a dit…

Merci Perséphone pour cet avis. Cela fait déjà un moment que j'ai envie de lire cette série vu l'engouement qu'elle suscite sur la blogo! Je pense que je vais me laisser tenter...

Karine:) a dit…

Comme tu sais, j'adore la série et je suis amoureuse de Barrons. Et elle est surtout très très cohérente, du début à la fin, tu vas voir! L'évolution de Mac est géniale et comme tu dis, c'est difficile à réussir!

Publier un commentaire