mercredi 7 novembre 2018

The Traitor's kiss (La couleur du mensonge) - The Traitor's circle #1 - Erin Beaty


A


Présentation de l'éditeur: (Preview du roman en VF disponible ici)Sage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s'en sortir ? Faire un beau mariage. Elle se présente donc chez une des entremetteuses chargées de l'évaluation du potentiel de chaque candidat – des femmes qui font et défont les fortunes d'une famille, d'une région, d'un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, elle échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l'observation, la marieuse fait toutefois d'elle son apprentie.

Sage s'embarque donc avec un groupe de beaux partis triés sur le carreau dans un périple vers la capitale. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d'élite qui ne tardent pas à réaliser qu'ils sont sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin, qui prépare une invasion, s'est allié avec certains des seigneurs locaux, et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l'un des membres de la troupe recrute alors l'aide de Sage. Mais plus elle avance dans sa mission, plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu... 

Identités secrètes, machinations politiques et jeu de dupes passionné, La Couleur du mensonge fait monter les enchères jusqu'à un final surprenant. 

Voici un roman qui est assez difficile à classer. Dans l'univers de The traitor's kiss, il n'y a pas de magie. Il n'y a pas de fée, de gobelin, d'elfes, ni aucune créature magique que l'on croise d'habitude. Cependant, nous ne sommes pas dans notre univers, la société est très différente de même que la géographie et rien ne laisse présager que nous sommes dans un environnement type Hunger Games, une nouvelle société créé après une catastrophe. Pour moi, The traitor's kiss fait parti de la Real Fantasy et de la Fantasy historique bien qu'elle ne soit pas comme Gilded Cage de l'uchronie de fantasy. Compliqué n'est-ce pas?
En gros, ce qu'il faut retenir, c'est que vous êtes dans un univers qui fait très Fantasy mais où il n'y a pas de magie, une sorte de Game of Throne sans la menace venue du Nord et les pouvoirs de certains personnages.

Bref, après cette intro sans doute beaucoup trop longue et inutile, entrons dans le vif du sujet.

J'ai beaucoup aimé ce roman malgré les diverses polémiques que j'ai pu lire ici et là sur le net. Nous suivons Sage Fowler, une jeune fille orpheline recueillie par son oncle et sa tante. Ce ne sont pas des gens malveillants, loin de là, mais comme on les observe à travers le regard de Sage qui rêve d'indépendance, ils ont l'air - surtout l'oncle - d'être un peu contre elle. Dans cette société, les filles d'un certain rang social, doivent passer devant une marieuse, à la façon de Mulan. Beaucoup de critiques que j'ai lues disent que ce roman est raciste parce que c'est une réécriture de Mulan avec des personnages blancs. Personnellement je n'ai pas vu du tout le roman comme une réécriture. Sage n'est pas déguisée en homme, ce n'est pas pour sauver son père, elle n'est pas militaire, ça reste de l'espionnage et elle aide la marieuse, pas vraiment Mulan-like. J'ai beaucoup plus pensé à la série The Agency de Y.S.Lee avec une héroïne espionne qu'à Mulan. Après je ne suis pas à l'abri de ne pas voir mes privilèges blancs, si vous avez un avis sur la question je suis preneuse! C'est comme ça qu'on apprend et qu'on grandi.
Cette marieuse est tâchée d'observer leur caractère et de leur trouver le meilleur parti possible. C'est un système matrimonial de classe qui n'est finalement pas si différent de ce qu'on a connu en Europe depuis le Moyen-âge. Ici, les marieuses ont en revanche un vrai pouvoir et elles n'aiment pas du tout lorsque des alliances sont conclues en dehors de leur contrôle.
Notre chère Sage n'est pas du tout mais alors pas du tout d'accord avec ce mode de vie. Ses propres parents se sont mariés par amour en dehors de la classe sociale de sa mère, ce qui lui a valu un déclassement (même si la tante de Sage aime beaucoup sa nièce). D'ailleurs le prénom Sage est extrêmement connoté, les noms de fleurs ou de plantes sont réservés normalement aux enfants illégitimes - comme Snow en nom de famille dans Game of Throne. Le fait donc que son oncle réussisse à la faire passer devant une marieuse montre qu'il tient à lui donner toutes ses chances dans leur société, que l'on soit d'accord ou non avec le principe.

J'ai beaucoup aimé la marieuse, elle a un humour très appréciable et connait bien l'âme humaine. Sage se révèle très douée dans l'analyse de la personnalité des gens autour d'elle et fait une excellente apprentie marieuse à son propre étonnement. Je trouve ça audacieux de faire de l'héroïne une partie intégrante d'un système qu'elle déteste parce que malgré tout, cela lui permet d'explorer un vrai potentiel et cela lui offre l'indépendance dont elle rêvait sans passer par la case mariage! Cela devient d'autant plus intéressant lorsqu'elle est censée se fondre dans le décor pour évaluer les candidates au plus prestigieux marché marital du royaume car rappelons-le, les marieuses détiennent un vrai pouvoir.

La couverture VF est sublime!
J'ai lu que certain-e-s ont détesté le livre car iels l'ont trouvé anti-féministe puisqu'il met en scène un marché matrimonial et donc une certaine concurrence entre les jeunes femmes. Or Sage est incognito parmi ses demoiselles qui ne savent pas qu'elle est apprentie marieuse. Du coup, elle se prend beaucoup de remarques mesquines. A mon sens ce n'est pas juste parce qu'elle est une rivale mais surtout parce qu'elle est d'une classe sociale inférieure et que la plupart de ses jeunes femmes ont une éducation de classe - et un égo surdimensionné. Dans un contexte aussi hiérarchisé je ne suis pas étonnée par ces mesquineries. En revanche, j'avoue que Sage a une piètre opinion des femmes qui l'entourent. Elle les trouve trop superficielles et pourries gâtées et cela aurait peut-être mérité une nuance un peu plus grande dans le roman que le seul personnage de Clare qui est super choupi-chou par ailleurs.

Magrés tout, Sage est forte, elle est courageuse, elle est intelligente et elle obtient des récompenses par ses propres mérites et tout ce qu'elle a fait pour le royaume, pas à cause des hommes autour d'elle. Elle apprend aussi à voir les nuances autour d'elle et j'ai trouvé vraiment intéressant que la société soit d'abord rejeté par l'héroïne mais qu'elle apprenne ensuite à voir au-delà et à s'en saisir. C'est vraiment une héroïne comme j'aimerai en lire d'avantage en Young adult.

Et puis, ce qui m'a plu, c'est de voir Sage prendre peu à peu de l'importance, non seulement en tant que marieuse, car c'est elle qui indique à sa maîtresse les bons partis pour tel ou tel jeune fille, fondé, non pas sur le rang social ou les potentiels alliances mais bien sur les personnalités, mais aussi en tant qu'espionne pour les gardes royaux.

Contrairement à ce qu'on croit, on ne suit pas uniquement Sage dans cette histoire mais aussi les soldats d'élite chargés d'escorter les jeunes filles jusqu'à la capitale. Ce sont des personnages très intéressants et variés, j'ai adoré le petit frère du Capitaine, un gamin très attachant.
Comme de bien entendu, il y a une romance dans ce roman et une romance qui est vraiment super bien fichue. Pas de coup de foudre immédiat mais une relation qui s'installe sur le long terme et quelques scènes bien swoonantes qui ont participé à mon intérêt pour le roman. Si je devais relever les points négatifs, je dirai seulement que je n'ai pas été surprise par plusieurs rebondissements, j'avais deviné à l'avance mais ça ne m'a pas dérangé plus que ça. J'étais suffisamment prise dans l'intrigue pour ne pas être déçue.

A la base, The Traitor's kiss est un livre seul, hors série. Il peut donc se lire sans problème en lui-même, pas de cliffhanger intempestif. Devant le succès du roman, l'auteure en a fait une série. Le tome 2, The Traitor's ruin est déjà sorti en anglais ET en français chez Lumen sous le nom de Le parfum de la trahison.

Comme vous l'aurez compris, j'ai fait parti des gens pour qui The traitor's kiss a fonctionné malgré les polémiques. Cependant, je reste toujours ouverte à la discussion alors que vous soyez d'accord avec moi ou non, n'hésitez pas à échanger! C'est beaucoup plus enrichissant!
J'espère pouvoir lire la suite très bientôt.
Bonne lecture. 

1 commentaires:

Léa Delapierre a dit…

Pour ma part, je n'ai pas été convaincue, malheureusement :(.... Je ne pense pas lire la suite, il y a pleins d'autres livres qui sont prioritaires.

Publier un commentaire