vendredi 6 avril 2012

Papa-longues-jambes - Jean Webster


COUP DE COEUR DE PERSEPHONE

Présentation de l'éditeur: " Un bienfaiteur, qui désire rester anonyme, offre de t'envoyer à l'université. En échange, tu lui écriras chaque mois une lettre donnant des détails sur ta vie là-bas. " Pour Judy Abbott, jeune orpheline élevée dans un foyer fort ennuyeux, la proposition est aussi surprenante qu'inespérée. Elle accepte de bonne grâce de se plier aux exigences de son mystérieux tuteur, auquel elle a donné le surnom affectueux de Papa-Longues-Jambes.

Voila encore un classique jeunesse que je n'ai découvert qu'à l'âge adulte. La première fois que j'ai entendu parlé de "Daddy-long-legs", c'est dans Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh que j'avais littéralement dévoré/adoré. Maintenant que j'ai lu ce roman épistolaire je comprends pourquoi Malika en fait une référence phare de son roman.

Si j'étais un peu dubitative au début du roman, la forme épistolaire unique est un peu déstabilisante (en effet il n'y a jamais de réponse du Daddy) j'ai très vite accroché avec le personnage de Judy! C'est une jeune fille de 19 ans au commencement de l'histoire que l'on va voir grandir mais l'intérêt de ce personnage réside vraiment dans son caractère léger et enjoué et dans sa franchise d'écriture. On ne peut s'empêcher de rire lorsqu'elle passe d'un courrier très formel aux cajoleries.
Ces lettres sont un pur concentré de bonne humeur car Judy, après avoir vécu 19 ans dans un orphelinat, considère que tous les bonheurs donnés sont les meilleurs. A travers ses lettres, nous découvrons l'université et ses amies Sally et Julia, ses voyages à la ferme et sa rencontre avec le beau Mr. Jervie (que j'imagine comme Benedict Cumberbatch ne demandez pas pourquoi, moi-même je n'en sais rien!)

J'ai beaucoup aimé le fait que l'histoire se déroule sur 3 ans, nous avons le temps de la voir grandir, évoluer, changer et ses relations avec ces amies se transformer. J'aime beaucoup ses accès d'humeur et ses grandes envolées lyriques.

J'avoue avoir eu du mal à définir la relation entre les personnages et même si en achevant le roman j'en comprends mieux la portée, un certain flou pendant la lecture m'a titillée. Je pense que c'est dû à la nature complètement insaisissable de Daddy Long legs car nous n'avons jamais de contact avec lui et l'univers même du roman ne nous ai connu que par les lettres de Judy. Nous n'avons jamais de confrontation directe avec Sally, Julia ou Monsieur Jervie. Cela dit, les crises de jalousies de Daddy sont assez drôle et je pense que le lecteur devine vite beaucoup plus de choses que Judy qui a "le nez dedans".

J'aime aussi beaucoup Mr. Jervie, il fait parti de ces personnages qu'on aimerait connaître pour de vrai et flâner dans les rues de New York avec lui.

Au sujet de l'auteure Jean Webster (je ne savais pas que c'était une femme d'ailleurs, je m'imaginais un monsieur en costume marron et chapeau distingué, comme quoi...), elle s'appelait en réalité Alice Jane Chandler Webster et est née en 1876. Daddy Long Legs et sa suite Dear Ennemy (que je veux absolument lire) sont ses deux derniers romans publiés en 1912 et 1915. Jean Webster s'est éteinte le 11 juin 1916 peu après la naissance de sa fille.
Voila une auteure intéressante dont je compte bien découvrir l'oeuvre.

Plusieurs films et un animé japonais ont été tirés du roman, je compte bien voir le film avec Fred Astaire!

7 commentaires:

Chi-Chi a dit…

J'adore Daddy long-legs, un de mes meilleurs souvenirs d'enfance! :)

http://inneedofprincecharming.blogspot.co.uk/2010/10/mon-plus-bel-heritage.html

(Maintenant que tu le mentionnes, Benedict Cumberbatch ferait un excellent Jervis!)

Perséphone a dit…

N'est-ce pas? =D

Anou a dit…

Tiens, je l'ai justement acheté il y a 2 jours ce roman ! Et moi non plus je ne savais pas que Jean Webster était une femme avant d'aller lire sa biographie..

J'ai encore plus hâte de le commencer !

Vilvirt a dit…

Je viens de l'acheter aussi grâce à ton billet ! C'est le genre d'histoire que j'ai envie de découvrir depuis très longtemps, et là ton billet est arrivé à point nommé !

Karine:) a dit…

Ajouté hein... tu me tentes beaucoup. J'ai lu ça enfant mais j'ai presque oublié...

Filipa a dit…

Je l'ai lu l'année dernière, j'avais aimé mais sans plus. Et puis la fin m'a trop perturbée... J'ai toujours eu du mal avec ces grandes différences d'âges... (d'où le fait que le mariage entre Marianne et le Colonel Brandon n'aura jamais mon approbation !). C'est courant à l'époque je sais, mais non, mon cerveau fait toujours un blocage sur ça...

Je savais pas qu'il y avait une suite ! Faudrait que je me penche sur la question.

Perséphone a dit…

Judy est plus âgée que Marianne quand même du coup l'écart est moins grand mais je comprends (moi non plus je n'aime pas le couple Marianne-Brandon mais pas pour des questions d'âges, juste que je ne les aime pas). Contrairement à toi j'ai beaucoup aimé le ton du roman.
J'ai commencé la suite: Dear ennemy

Enregistrer un commentaire