samedi 24 octobre 2009

L'homme au ventre de plomb - Jean François Parot

Fin de l'année 1761: la guerre de Sept Ans prend une tournure de plus en plus désastreuse, l'expulsion des jésuites est en discussion et la marquise de Pompadour vit ses derniers temps de faveur. Nous retrouvons Nicolas Le Floch à la première des Paladins de Rameau à L'Opéra, à laquelle assiste Madame Adélaïde, une des filles de Louis XV. Durant la representation, le comte et la comtesse de Ruissec, qui accompagnaient la princesse, sont informés du suicide de leur fils, et Nicolas suit son maître Sartine jusqu'à l'hotel des malheureux parents, où il va faire de bien curieuse constations. Pourquoi les parents défendent-ils la thèse du suicide alors que leur enfant n'avait jamais manifesté son désir d'en finir ? Pourquoi son frère a-t-il disparu ? Qui est véritablement son énigmatique fiancée ? Très rapidement Nicolas conduira ses investigations à Paris, puis à Versailles dans l'entourage de la famille royale et de la favorite Mme de Pompadour. Dans un royaume toujours en guerre et agité par des querelles reuligieuses, il peut se révéler très dangereux de s'intéresser de trop près à des imbroglios politiques protégés par des secrets de famille...

Ce deuxième opus des aventures de Nicolas le Floch est bien meilleur que le premier. L'intrigue est passionnante et bien ficelée. La vie parisienne et les intrigues de cour, sont parfaitement reproduite. Quoi de plus normal pour un spécialiste du Paris du XVIIIe siècle?

Nous retrouvons avec plaisir les personnages de L'enigme des blancs manteaux. Du fameux Nicolas le Floch, en passant par Bourdeau son fidèle adjoint mais aussi Secmagus, le boureau Samson et la Paulet.

L'intrigue est véritablement bien construite, de rebondissement en rebondissement, de personnages mystérieux en situations confuses, Jean François Parot nous guide dans les intrigues de la cour avec facilité. Il est aussi agréable de retrouver des personnages historiques comme Louis XV, la marquise de Pompadour ou encore Mr de Sartine. Cela ancre le récit dans l'histoire, et lui donne un poids de vérité.
A lire pour les passionnés d'Histoire et de romans policiers.

0 commentaires:

Publier un commentaire