mercredi 16 janvier 2013

First Grave on the Right - Charley Davidson tome 1 - Darynda Jones


COUP DE COEUR DE PERSEPHONE

Présentation de l'éditeur: Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi. Mon nom c’est Charley et je suis la Faucheuse. Les morts, je connais : j’en vois depuis que je suis née. Des fois, je les aide à faire des trucs du genre laisser un mot à leurs proches ou traquer leur assassin… Ça tombe bien parce que je suis aussi détective privée ! Pratique, non ? Ce qui l’est moins, c’est que les gens autour de moi ont du mal à y croire. Comme Swopes, l’agent avec qui je bosse : je voudrais qu’il me lâche un peu la grappe. Cela dit, je pourrais le gérer si je n’avais pas d’autres chats à fouetter… comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides et dont j’aimerais bien découvrir l’identité...


Vous savez que je ne suis pas trop portée sur la Bit-Lit (à l'exception notable du Parasol Protectorate dont je suis plus que fan). Aussi quand j'ai découvert Charley Davidson chez Cécile (c'est par ici que ça se passe) j'étais un peu septique. Et puis...(oui ça change de mais), j'ai lu un extrait du tome 2 quelque part sur un des blog que je suis (je m'excuse d'avance pour ne pas savoir chez qui j'ai lu cet extrait), j'ai littéralement adoré ce passage. Je me suis donc procuré le tome 1 en espérant qu'il me sortirait de ma panne de lecture (traîner 2 semaines sur un Sherlock Holmes est signe que j'étais gravement atteinte). Je ne regrette pas un seul instant ma lecture! J'ai dévoré - en faisant durer le plaisir au maximum, pas comme Charley et Reyes, mais on y reviendra - ce premier tome. 


Depuis des mois je faisais toujours le même rêve: un ténébreux inconnu surgissait de la fumée et des ombres pour jouer au docteur avec moi. Je commençais à me demander si l'exposition répétées à des hallucinations nocturnes se concluant par des orgasmes dévastateurs pouvait avoir des effets secondaires à long terme. Non, vraiment j'étais inquiète. Peut-on mourir de plaisir extrême? Bonjour le dilemme: devais-je consulter ou payer ma tournée? 

Charlotte Jean Davidson - dites Charley - est définitivement une héroïne qui a du chien. Une de celles que je vais aimer d'amour je pense, un peu comme Peabody, Tarabotti et River. Déjà c'est une faucheuse, comme LA faucheuse mais en plus sympa. Elle sert de portail aux fantômes restés sur Terre pour passer dans l'au-delà. Ce qui donne lieu à plusieurs situations cocasses, comme lorsqu'on se réveille avec un mort qui vous regarde dormir, le vieux pervers du 2B qui tente de vous reluquer dans la douche ou du fantôme du quartier qui s'assoit à côté de vous pendant que vous attendez chez le dentiste.


Je décidais de l'ignorer et de sortir du lit, tout doucement. Je portais un maillot de hockey des Scorpions, que j'avais piqué à un gardien de but, et un short à carreaux - même équipe, autre joueur.

Charley qui voit des morts depuis sa naissance est habituée à étreindre le vide, à parler lorsque personne ne voit son interlocuteur. C'est une héroïne à qui il n'arrive que des ennuis mais elle le vit plutôt bien. Elle a surtout un humour décapant qui fait qu'elle est tout de suite très sympathique. 
J'ai tout de suite aimé le fait que pour de la bit-lit, on s'intéresse ici aux fantômes. Pas de loups-garous, ni de vampires et j'admets que ça fait du bien. De plus les fantômes qui entourent la vie de Charley sont plutôt hauts en couleur, comme Ange, le fantôme de treize berges ancien membre de gang qui bosse pour elle, Rocket un fantôme qui connait le nom de tous les défunts ou sa tante Lilian, complètement à côté de ses pompes. 

En plus d'être la faucheuse, Charley est détective privé et bosse pour son oncle, agent de l'APD - Albuquerque Police District. Plutôt pratique quand le mort peut vous dire qui a fait le coup. Elle aide donc les défunts à traquer leurs meurtriers et à transmettre des messages à leurs proches. Dans ce premier tome, Charley tente de mettre la main sur l'assassin de trois avocats. 

Il y a aussi son collègue Garrett Swopes qui, d'après les descriptions que Darynda Jones nous donnent, ressemble à Shemar Moore avec les yeux bleus (pour celles qui ne voient toujours pas --> c'est maintenant que ça se joue). Sexy mais assez horripilant, il passe son temps à se chamailler avec Charley. Il a de bonnes réparties et c'est un personnage que j'aime bien. Il y a aussi Cookie, la meilleure amie de Charley bien frappée du cerveau elle aussi. Et il y a Reyes, le mec des rêves de Charley, celui qui vient lui rendre visite la nuit et qu'elle ne connait pas...
Je ne dois pas spoiler, ça ne serait pas bien...mais bon sang c'est du costaud! Ne lui manque que l'accent écossais de Conall pour être parfait, c'est vous dire...Il entre lui aussi dans mon top sans hésiter et j'ai hâte de le revoir. J'ai d'autant plus hâte que la fin du tome 1 annonce quelque chose de démentiel pour la suite. Je me demande bien comme Charley va s'en sortir cette fois. 


"Hé vous, qu'est-ce que vous faites encore là dedans?"Le mec mort me regarde avec de grands yeux écarquillés."Je ne peux pas bouger les jambes.""Vous ne pouvez pas non plus bouger les bras, ni les pieds, ni vos putains de paupières, reniflais-je. Vous êtes morts."

Si au début je pensais avoir affaire à une série sans vrai lien entre les romans hormis le double-boulot de l'héroïne, l'intrigue secondaire de l'identité du visiteur nocturne de Charley prend peu à peu le pas et nous prépare une intrigue de fond intéressante. Ce premier tome place bien les différents protagonistes, le personnage principal et les multiples intrigues secondaires. On comprend bien qui est Charley, ce qu'est sa vie sans toutefois que les explications soient artificielles ou lourdes. 


Il ne faut jamais frapper à la porte de la Mort. Sonnez, puis barrez-vous en courant. Il déteste ça. 

L'humour de l'héroïne permet vraiment d'égayer un peu cet univers qui pourrait vite tourner au sinistre. On a le sentiment, puisque c'est écrit à la première personne, que l'héroïne et le récit ne se prennent pas au sérieux, ce qui donne selon moi un peu plus de poids aux moments moins drôles. Ce décalage est bien dosé et correctement utilisé tout au long du roman. On comprend bien cependant que sa condition de Faucheuse est assez lourde à porter et que si c'est un don - chaque passage lui redonne confiance en l'Humanité - elle le paye assez cher à commencer auprès de ses proches et de ses collègues qui aimeraient bien l'envoyer à l'asile. Elle a le don de toujours se fourrer dans des situations absurdes dont elle ressort invariablement amochée. 

Vous l'aurez compris, cette lecture fut pour moi un super moment qui m'a redonné envie de lire plus assidument. Je vais tout de suite entamé "For I Have Sinned", une petite novella intermédiaire qu'il me tarde de découvrir. 

4 commentaires:

trillian a dit…

je l'ai commencé je trouve ça pas mal mais je ne suis pas encore entrée dans le vif du sujet, j'en suis encore au début!

patacaisse a dit…

Je l'ai beaucoup aimé également. Ah ! Reyes ! Caliente !!!!

Bagatelle a dit…

Bon bah je suis tombee dedans!

Perséphone a dit…

@Lily: I am Evil!

Publier un commentaire