jeudi 3 mars 2011

Le cheval à bascule - Agatha Christie


En rangeant des livres d'enfants dans le grenier de leur nouvelle maison, Tommy et Tuppence Beresford tombent sur une édition de La Flèche noire, de Stevenson. Un livre pas comme les autres car certaines lettres du texte ont été soulignées et leur assemblage donne la phrase suivante : " Mary Jordan n'est pas morte de mort naturelle, c'est l'un de nous qui l'a tuée. " Le livre appartenait à un petit garçon. Or Tommy découvre la tombe de l'enfant dans le cimetière du village : mort à quatorze ans... D'un naturel curieux, les Beresford cherchent à en savoir plus. Le petit jeu de l'investigation auquel ils se livrent tournera vite au drame.

Nous retrouvons Tommy et Tuppence Beresford dans ce dernier roman. Après N ou M? et Mon petit doigt m'a dit, Tommy et Tuppence sont enfin à la retraite et fraîchement installés aux Lauriers, une maison d'Holloquay inoccupée depuis longtemps.
Tommy et Tuppence bien qu'âgés sont toujours en forme. Tuppence toujours aussi curieuse déniche un nouveau mystère dans sa nouvelle maison. De tasse de thé en jardinage, elle découvre que les mystères qui l'entourent sont de plus en plus épaix.

L'histoire en elle-même manque un peu d'intérêt, on ne sait véritablement ce qu'il s'est passé que 3 pages avant la fin alors que l'action a déjà eu lieu. Il n'y a pas de coupable a démasquer puisque le meurtre s'est passé 60 ans auparavant (sauf que contrairement aux Cinq petits cochons, tous les protagonistes sont morts et personne ne se souvient d'eux).

Le personnage le plus sympa du livre est définitivement le chien Hannibal. Humanisé, taquin et attachant le chien Hannibal est l'attraction du cheval à bascule. (je me demande d'ailleurs pourquoi ils ont traduit le livre par Le cheval à bascule. C'est assez absurde, même s'il y a effectivement un cheval à bascule dans le roman).

Le dernier de la série Tuppence et Tommy Beresford n'est pas le meilleur mais rien que pour le chien Hannibal, il faut le lire.

0 commentaires:

Publier un commentaire