mercredi 29 mai 2013

Renoir (2012)




UN CERTAIN REGARD

Résumé: 1915. Sur la Côte d’Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé… Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu’il n’attendait plus. Éclatante de vitalité, rayonnante de beauté, Andrée sera le dernier modèle du peintre, sa source de jouvence.
Lorsque Jean, revenu blessé de la guerre, vient passer sa convalescence dans la maison familiale, il découvre à son tour, fasciné, celle qui est devenue l’astre roux de la galaxie Renoir. Et dans cet éden Méditerranéen, Jean, malgré l’opposition ronchonne du vieux peintre, va aimer celle qui, animée par une volonté désordonnée, insaisissable, fera de lui, jeune officier velléitaire et bancal, un apprenti cinéaste…


CASTING

Michel Bouquet ............................................................. Auguste Renoir
Vincent Rottiers ............................................................. Jean Renoir
Thomas Doret ................................................................ Coco Renoir
Christa Theret ................................................................ Andrée Heuschling
Carlo Brandt .................................................................. Docteur Prat
Helene Babu .................................................................. Odette
Stuart Seide .................................................................... Dr. Barnes
Romane Bohringer ......................................................... Gabrielle

Film déconcertant que celui-là. Le titre, les affiches vous laissent penser qu'il s'agit d'un film sur Auguste Renoir. Si cette affirmation n'est pas vraie, elle n'est néanmoins pas fausse (j'aime faire des phrases compliquées le soir à 21h...si si). 
En fait, ce film nous parle avant tout d'une transition. Le passage du XIXe siècle fait de peintures et de la couleur des "impressionnistes" à l'ère du cinéma qui n'est alors que balbutiante. C'est le passage d'Auguste Renoir, peintre malade et vieillissant, à Jean Renoir qui n'est pas encore le cinéaste qu'il deviendra par la suite. C'est aussi l'histoire du clan Renoir, un petit monde à part où il n'est pas facile de vivre dans l'ombre du maître et son imposante réussite. 

Plusieurs mois après avoir vu ce film (oui je ne fais pas mes chroniques dans l'ordre, bouh bad Persie!), je ne garde finalement que peu de souvenir d'Auguste Renoir, si ce n'est l'image d'un homme perclus de douleurs mais qui s'obstine inlassablement à peindre. D'un homme qui a besoin de s'entourer d'une compagnie vive, de jeunesse et d'un modèle pour égayer ses journées. Michel Bouquet est superbe et rend avec douceur mais conviction la personnalité d'un homme au crépuscule de sa vie. 

En face de lui se tiennent Christa Theret en Andrée et Vincent Rottiers en Jean Renoir. J'ai découvert Christa Theret dans LOL (oui je sais ce n'est pas le même registre) et j'avais tout à la fois adoré le film et son interprétation. C'est une actrice fraîche, terriblement naturelle qui ne cherche pas tout à fait à être ce qu'elle n'est pas. Elle offre au spectateur une Andrée ambivalente, attachante tout autant qu'exaspérante. Exubérante, un brin folle et légère ou bien grave et directive, elle est un peu tout à la fois. Andrée fait le lien entre les deux Renoir comme un trait d'union. Si le peintre en a besoin pour peindre et donc pour vivre, le fils lui l'aime d'un amour passionné.

Jean Renoir est l'autre grande facette du film dont Andrée sert à présenter. J'ai énormément aimé la prestation de Vincent Rottiers. Ce fils prodigue qui rentre à la maison se retrouve face à un petit bout de femme dont il ne sait quoi faire. C'est qu'elle l'attire Andrée mais Jean Renoir est un réservé et un passionné de cinéma. Vincent Rottiers le joue tout en retenue, un personnage intériorisé dont on comprend néanmoins les ressorts du personnage, ce qui l'anime: l'envie d'aller combattre, pour faire honneur à ce nom trop lourd à porter...Comment être Jean lorsqu'on est un Renoir? Une question terrible pour ce jeune homme qui rêve de faire quelque chose de sa vie, être quelqu'un sans être un Renoir? J'aime énormément les questionnements du personnage, ses rapports avec son père un peu difficile mais qu'il ait, en même temps ses propres passions, ses propres aspirations. Le personnage que j'ai préféré dans le film est sans aucun doute ce Jean Renoir dont l'on découvre peu à peu, qui s'affirme devant l'oeil du spectateur grâce à la personnalité vive et légère d'Andrée. 

Si le rythme est lent (et c'est peut-être le seul défaut que je lui trouve personnellement), la musique est splendide tout comme la lumière et les images. Tout est travaillé pour rendre hommage à la peinture de Renoir et aux procédés cinématographiques de Jean Renoir. Entre les décors, purement magiques, et les effets de tableaux travaillés que ce soit sur la nature ou le corps de Christa Théret, le spectateur plonge dans une ambiance magique.

Un film extrêmement esthétique et bien joué, qui bien qu'un peu lent vous plongera dans le clan Renoir et dans cette époque charnière du tournant de la première guerre mondiale. 

2 commentaires:

clairebelgato a dit…

WOW ! les affiches et la bande annonce sont lumineuses ! ça m'a l'air très beau !

Perséphone a dit…

@Claire: il y a effectivement un très gros travail sur la lumière et les décors, c'est en partie ce qui m'a séduite! (Ravie de te voir par ici.)

Enregistrer un commentaire