vendredi 20 septembre 2013

Fourth grave beneath my feet - Charley Davidson #4 - Darynda Jones


Présentation de l'éditeur: Être faucheuse, c'est glauque. Charley a d'ailleurs pris quelques mois pour... se morfondre. Mais lorsqu'une femme vient frapper à sa porte convaincue qu'on essaie de la tuer, la jeune femme doit se relever. Dans le même temps, un pyromane s'attaque à Albuquerque et ses crimes pourraient avoir un rapport avec le très chaud Reyes Farrow, sorti de prison et de la vie de Charley depuis un moment. Il est grand temps pour la faucheuse de reprendre du poil de la bête !

Après une fin de tome 3 assez spectaculaire, évidemment sinon on ne serait pas dans un Charley Davidson, le tome 4 s'ouvre sur une faucheuse en pleine crise d'agoraphobie. Heureusement que Cookie est là pour la remettre dans le droit chemin, parce qu'accumuler des merdes dans son appart, achetés à télé boutique, au point que le chinois du coin de la pièce n'est même plus visible, ce n'est pas badass girl. L'appartement entre celui de Cookie et de Charley est à vendre et les filles bavent d'envie. Quant à Reyes, il se remet doucement à la vie civile après sa sortie de prison. 

Disons-le tout net, je ne me suis pas autant amusée dans ce tome que dans les trois précédents. Si l'histoire de la jeune femme qui pense qu'on veut l'assassiner m'a énormément plu, elle est bien menée et je n'avais pas du tout vu venir la résolution de l'énigme, toute l'histoire Reyes Charley commence gentiment à me gonfler. 

L'humour est toujours présent et Charley a le don de se fourrer dans des situations cocasses mais honnêtement entre elle et Reyes, ça commence à tourner en rond. 
Moi aussi j'ai mes Pet-peeves et ici Darynda Jones use et abuse de l'un d'entre eux à savoir "la rétention volontaire d'informations". C'est quelque chose dont j'ai horreur. Depuis le tome 3, Charley sait qu'elle a sans doute plus de pouvoir qu'elle ne le supposait. La bonne soeur lui a dit, Rocket lui a dit et Reyes lui a dit. Seulement on devine que ce dernier en sait d'avantage mais à chaque fois qu'elle lui demande des explications la réponse est invariablement la même: "tu peux faire plus que ça". 
Et une claque dans ta mouille Reyes? 

Si le côté sombre et mystérieux de Reyes me plaisait au début, je dois admettre qu'au bout du tome 4 où nous avons toujours les mêmes interrogations, je me lasse. 
Je pense donc que Darynda Jones arrive à un tournant dans son histoire. Soit elle prend la mauvaise décision et fait traîner en longueur à la fois l'histoire Reyes/Charley en même temps que l'histoire de Charley sur le plan de "Je suis la faucheuse mais en fait j'en sais que dalle", soit elle décide dans le tome 5 de se mettre au boulot pour donner un sérieux coup de pouce à l'intrigue principal. J'aimerai bien qu'elle conserve les intrigues secondaires, les enquêtes de Charlotte, parce que c'est clairement la partie que je préfère dans la série mais cela va demander beaucoup de jonglerie, notamment au niveau du rythme.

C'est le défaut majeur des séries selon moi qui ont du mal à s'équilibrer entre rétention d'informations pour garder du suspense et savoir lâcher de l'info pour que le lecteur ne se lasse pas. C'est ce que je reproche aussi dans la durée à la série des Fever de Karen Marie Moning. Des histoires avec des hauts et des bas qui aurait mérité plus de concision.

J'aime toujours Charley Davidson mais je me demande où l'auteur veut en venir. Pour moi, le cinquième tome marquera un véritable tournant et j'espère que Darynda Jones aura su bien le négocier.   

2 commentaires:

trillian a dit…

J'ai le premier tome de cette série dans ma pal, mais je ne sais pas quand je le lirais. c'est aussi ce qui m'ennuie dans ce genre de série, comme pour les fever, on fait trainer les choses pour ne pas trop en dire trop vite et ça finit par lasser et frustrer, c'est pareil en ce qui concerne la relation entre les deux héros, c'est toujours un peu pareil...c'est pour ça que j'apprécie autant la série des Magic d'Ilona Andrews, je pense, les histoires ne trainent pas en longueurs, on ne tourne pas en rond, les intrigues sont résolues de manière satisfaisante à chaque tome et la relation entre les deux héros évolue à chaque tome de manière intéressante et crédible, ça change!

Perséphone a dit…

Oui c'est un défaut commun à de nombreuses séries. Cela dit ici, il s'agit vraiment d'un tournant. Si elle sait le prendre, le 5ème tome et la suite pourront être radicalement différent dans la dynamique de fond. Ce qui ne serait pas pour me déplaire.
Mercy Tompson est aussi une excellente série pour ça. Elle ne s'essouffle pas. C'est un régal. Il faut que je me mette à Ilona Andrews, on ne m'en dit que du bien.

Publier un commentaire