dimanche 5 août 2012

Où Cheshire s'en va bouder chez Bastet


Résumé des épisodes précédents: Après une dispute grotesque autour d'un lot de muffin frais que j'aurai eu - soit disant - l'audace de voler, j'ai décidé de quitter cette tête de mule de Perséphone. De ce fait, je m'en vais bouder chez mon amie Bastet qui loge présentement en Egypte avec les Peabody-Emerson. 

Une chose est sûre - mais jamais je ne l'admettrais devant Perséphone et le premier qui me balance je l'envoie illico chez la reine de coeur - j'aurai mieux fait de me casser une patte...ou même deux...ou même les quatre. 

Il n'est plus facile de trouver des maîtres acceptables de nos jours voyez-vous. Je pensais que les maîtres de Bastet, les Peabody-Emerson, étaient des gens charmants...c'était sans compter sur le caractère d'Amelia Peabody...celui de Radcliffe Emerson...et bien sûr sur celui de R.A.M.S.E.S (non je ne peux plus prononcer son nom à voix haute, j'en ai des sueurs froides et des poussées d'équilibre mental. C'est à vous foutre une de ces trouilles, j'vous jure!) 

Je ne comprends pas comment on peut décemment s'enterrer en Egypte! Il fait chaud, il y a des bestioles partout, et les pyramides sentent la momie moisie dans son jus depuis des siècles. Non vraiment, je ne comprends pas et lorsque je vois la fascination béate des Peabody-Emerson pour des morceaux de poteries, j'ai tendance à penser que finalement le Mad Hatter n'est peut-être pas si fou avec ses demies tasses de thé. 
Je pensais être accueilli à bras ouverts...du bout des doigts aurait été plus approprié. Emerson a pesté qu'il n'était pas gardien de zoo, Amelia Peabody m'a fait passer par toute une série de lavages et détergeant multiples - c'était tout de même un poil vexant si j'ose dire - et je n'ai recueilli qu'un haussement de sourcil peut intéressé de la part de R.A.M.S.E.S. Quant à Bastet, elle m'a tout simplement ignorée, pourtant au dernier congrès des chats littéraires il m'avait semblé que...mais je m'égard.


Peabody et Emerson sont fatigants! Ils n'arrêtent pas de se chamailler mais dès qu'ils sont seuls...ils croient vraiment qu'on ne voit rien en fait. Bah, les humains! Emerson est un gars sympa même s'il est d'une mauvaise fois incroyable. Si on le laisse en paix avec ses momies et ses bouts de poteries ça va, il me laisse tranquille. Mais il est d'un ridicule lorsqu'il se prend pour le Maître des imprécations. En le voyant gesticuler partout, j'ai ri à m'en décrocher la mâchoire et Emerson m'a envoyé boulé dans le sable. Je crois qu'il l'a mal pris. 


Peabody c'est une autre paire de manche: elle a tout le temps raison, se mêle de tout, une anglaise dans tout ce qu'on aimerait qu'elle ne soit pas. 
"Mon cher Cheshire, pas étonnant que Perséphone ne veuille plus de vous, si vous me permettez de m'exprimer ainsi. Manger les muffins des autres n'est pas digne d'un bon chat anglais. J'essaye d'apprendre à Ramses l'obéissance, je devrais sûrement faire de même avec vous."
NON.MERCI. Je tiens à rester fou si ça ne vous dérange pas. Par contre je prendrais bien une demie tasse de thé. 
Allez savoir pourquoi elle a été vexée. Du coup Emerson a rit et ça l'a vexée encore plus. 


Je pensais pouvoir profiter d'un petit moment de solitude pour aborder avec Bastet le thème de la folie chez Edgar Poe mais impossible de la voir sans R.A.M.S.E.S. Pour passer du temps avec elle j'ai dû écouter ce petit monstre (parce que je ne vois pas de qualificatif qui ne soit pas plus grossier) me faire une leçon complète d'Egyptologie et de grammaire des hiéroglyphes. J'avais tellement mal à la tête que j'ai cru avoir la tête séparée du corps...mais je n'ai pas osé. J'étais sûre que l'horrible rejeton aurait trouvé un moyen pour m'en empêcher. 
"Vous comprenez Cheshire, il y a une très mauvaise compréhension de certains caractères hiéroglyphiques. Si l'on en croit "
"non mais je... "
"Parce que si l'on prend le deuxième sens donné par le dictionnaire de "
"je ne suis pas sûr que... "
" alors cela devient complètement clair. Je ne sais pas pourquoi papa s'obstine à ne pas m'écouter car je sais que mes recherches"
"mais comment dire..."
"D'après mes calcules et le fait que de la poterie caractéristique de la XIXe dynastie se trouvait..."
A force de l'écouter j'ai failli devenir sain d'esprit, quelle horreur! Peabody n'est même pas venue à ma rescousse, je suis sûr qu'elle s'est vengée. Emerson est complètement gaga de son affreux, horrible, effrayant fils, je n'attendais aucune aide de sa part. Quant à Bastet, elle écoutait son maître avec vénération. Je crois qu'elle est désespérément perdue pour la cause féline littéraire. 


Si vous rajoutez à ça le fait qu'ils ne peuvent pas passer une journée sans que quelqu'un essaye de les voler, de les tuer ou tout autre chose sympathique du même genre, j'ai décidé de plier boutique! Le climat égyptien n'est pas bon pour mon pelage finalement. Je pars, adieu et à la prochaine!


Peu après le départ de Cheshire, Perséphone se présenta à la porte de la tente des Peabody-Emerson:
"Bonjour Amelia, Professeur, je cherche Cheshire. Nous nous sommes disputés pour une stupide histoire de muffin et je l'ai envoyé bouder chez Bastet. Vous ne l'auriez pas vu par hasard?"
Le couple prit un air pincé.
"Ah je vois...sauriez-vous où il est allé?"
Avant que Peabody ou Emerson aient eu le temps de répondre, une petite voix caractéristique de cet effrayant Ramses s'éleva derrière Perséphone
"Si ma mémoire ne me fait pas défaut et je doute qu'elle le fasse puisque je n'ai eu aucun mal à retenir les différents dialectes qui composent la langue égyptienne..."
"Ramses!" le coupa Amelia Peabody
"Pardon maman, je me suis quelque peu laissé emporté. Je disais donc que j'ai entendu Cheshire dire "Si tu ne viens pas à Cheshire, Cheshire ira à toi"."
"J'espère que cela vous aidera ma chère." dit Emerson encore tout admiratif des qualités intellectuelles de son rejeton. 


"Si tu ne viens pas à Cheshire, Cheshire ira à toi? Oui je crois que je sais où mon Chafoin se terre."


Je ne doute pas que vous sachiez où Cheshire s'est rendu après avoir semer la zizanie en Egypte. En attendant rendez-vous la semaine prochaine! 

6 commentaires:

Popila a dit…

C'est un régal, ces petits billets ! J'ai h^^ate de découvrir la suite ! ;)

Perséphone a dit…

Oh merci Popila!!! J'espère que la suite te plaira tout autant!

Betti a dit…

Un délice, même sans connaître bien tous ces personnages :)

Perséphone a dit…

Il suffit d'y remédier! ;)

Karine:) a dit…

Il m'a bien plu celui-là :)) J'ai aimé retrouver Peabody et Emerson.

Perséphone a dit…

Reste à l'écoute alors :D Merci Karine!

Publier un commentaire