mardi 12 avril 2011

Sortilège (Beastly) - Alex Flinn

Kyle, un jeune, riche et beau New-Yorkais de 16 ans, dont la méprisable insolence a été punie par le sort d'une sorcière, devient un monstre hideux. Renié par sa famille et ses amis, il s'isole à Brooklyn. Il a deux ans pour se défaire de ce sortilège. Pour cela, il doit séduire une jeune fille par sa bonté.
"Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j'étais le type parfait : grand, beau, riche et... atrocement méchant. Je n'aimais que moi et c'est pour cela qu'un sort m'a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, velue, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d'une jeune fille, sinon...Ceci n'est pas un conte de fées. Mon histoire prend place aujourd'hui, en plein coeur de New York. J'espère que quelqu'un va venir à mon secours."
Cela fait très longtemps que je n'avais pas lu de "vrais" romans pour ados/youngs adults. D'ailleurs je me sens toujours assez mal à l'aise lorsque j'en lis. Pourquoi? Simplement parce que je trouve que la plupart du temps, les maisons d'éditions prennent les adolescents et les jeunes adultes pour des imbéciles en leur proposant de la littérature bon marché indolore. Exemple: twilight. Je l'ai lu en anglais (le volume 1) et je sais donc de quoi je parle. Le style de Stephanie Meyer est pauvre et c'est un peu la dernière image que m'a laissé la littérature jeunesse.

Mais revenons à nos mouton
s. Lorsque ma meilleure amie (merci Nanie) m'a proposé de lire Sortilège "qui est vraiment trop génial et en plus ils vont en faire un film avec le mec de Numéro quatre", j'ai craqué. J'ai craqué parce que 1) c'était Nanie....et je craque souvent lorsqu'elle me prête un bouquin
2) un remake de la B
elle et la Bête pour moi qui ai toujours adoré ce conte, je me suis dis qu'après tout...

Et je ne l'ai pas regretté du tout. Dès le début je me suis laissée guider par le récit de Kyle "petit merdeux imbuvable" comme pourrait le dire mon grand-père. Kyle à tout, sauf l'amour de son père et des autres en général, car sa vie n'est que façade et malheureusement il va s'en rendre compte à ses dépends.
C'est vrai, Kyle est un emmerdeur qui joue de son charme pour tout faire passer, sauf que...dans sa classe il y a une "moche", une laideur que le beau Kyle n'arrive pas à supporter. Lorsque la "moche", Kendra lui lance au visage qu'il est bien plus laid qu'elle à l'intérieur, il ne sait pas encore pourquoi mais quelque chose ne tourne pas rond. Et sa belle vie bien huilée dérape: le voila transformé en monstre de Walt Disney.
Comment survivre à présent que son bien le plus précieux - sa beauté - lui a été arraché? Kyle devra réapprendre à vivre et apprendre à aimer s'il ne veut pas finir ses jours dans ce corps de monstre.

J'ai beaucoup apprécié le roman d'Alex Flinn, non pas pour sa morale disney - oui merci j'ai lu des contes toute mon enfance - mais pour sa vision moderne du conte de Mme Leprince de Beaumont. J'ai trouvé que
Sortilège était une adaptation très fine du conte. Il a su en garder les éléments principaux sans jamais les dénaturer. Tout y est, la rose, le miroir, l'enlèvement de l'héroïne (dont je tairais le nom) et même les fidèles serviteurs de la bête.
A mi-chemin entre Mme Leprince de Beaumont et Walt Disney,
Sortilège offre au lecteur un roman intriguant, drôle mais aussi émouvant car au fond, Kyle est juste désespérément en manque d'amour. Même s'il dit le contraire, c'est un gamin malheureux dont les parents ont toujours comblé cette soif d'amour par de l'argent.
J'aime beaucoup les héros de ce roman, en particulier "Belle" qui ressemble à beaucoup de Bloggolectrice! Will le professeur est quelqu'un d'assez froid, que j'ai apprécié mais qui m'a aussi agacée, sûrement parce que l'on vit l'histoire du point de vue de Kyle.

Détail intéressant: les pages "web" du forum sur les monstres qui ouvrent le roman et clôturent chaque "partie" sont très drôle et moderne. Preuve qu'Alex Flinn sait très bien jouer avec les contes qu'il utilise.

Sortilège va être adapté en film sous le nom original Beastly avec Vanessa Hugden et Alex Pettyfer et Mary-Kate Olsen. Voici la bande-annonce (attention, la bête n'est pas ici une bête comme dans le livre mais quelqu'un de mutilé ce que je trouve dommage).


6 commentaires:

Allie a dit…

Ici le film est sorti depuis le début du mois. Je ne savais pas trop quoi en penser. J'avais peur de inième Twilight (il me semble que la sauce est beaucoup trop utilisée).
Mais ça semble quand même différent. En tout cas, le livre semble l'être.

Perséphone a dit…

Chère Allie,

C'est vrai que la bande-annonce fait penser à Twilight. Ils onty apparemment changé plusieurs choses, à commencer par l'apparence du monstre ce que je trouve dommage. Toutefois le livre n'est pas du tout twilightnesque! et la morale est déjà connue ^^

Tiens moi au courant pour le film. Ce n'est pas sûr qu'il passe en France.

Perséphone

Evy a dit…

Fan absolument de Beauty and the Beast, j'avais un peu peur de cette adaptation libre, et finalement, j'ai beaucoup aimé !

Anonyme a dit…

j'ai beaucoup aimé ce film

clairebelgato a dit…

Assez déçue du film dont le couple avait pourtant une réelle alchimie ! Malheureusement, ce qui aurait pu être une reflexion sur les difficultés de la relation père-fils et de l'afirmation de soi, a viré à la guimauve insuportable ! D'autant plus dommage que j'ai plutôt aimé cette version "écorchée" de la Bête qui symbolise ses démons intérieurs...

Je préfère Pénélope de Mark Palansky, plus original! puisque là, on est plus dans un Belle & la Bête inversé !

Perséphone a dit…

Je n'ai pas vu le film, la ba m'a semblé gâcher tout ce que j'avais bien aimé dans le roman et notamment le côté cicatrice au lieu du monstre...

Enregistrer un commentaire