mercredi 16 mars 2011

Comment devenir guerrier Massaï - Eric Gilberh


Avoir cinquante ans, ça change tout. Quarante-neuf, passe encore, mais cinquante… À cet âge, la vie devient une chose étrange : on se souvient de ce que l'on aurait aimé accomplir, de celui qu'on aurait aimé devenir. Gabriel Poussin, lui, a quarante-neuf ans, onze mois et trente jours. Entre fiasco professionnel, routine de couple et sentiment d'échec général, il décide du jour au lendemain de tout plaquer. Sa femme, son chalet en bord de Seine, ses bouteilles de vin et ses chats. Et c'est en compagnie du plus improbable des compagnons qu'il va prendre le chemin de ce qu'il s'imagine être la Liberté.

Le roman d'Eric Gilberh est un roman d'initiation assez inattendu car fait à l'envers. Il ne s'agit pas ici d'un jeune homme à la Stendhal, tel Fabrice del Dongo qui part cheveux au vent faire son éducation sur un champ de bataille napoléonien. L'homme en question a cinquante ans, des bajoues qui tombent, une bedaine, une franche addiction pour tout ce qui est rouge et vient de Bourgogne. Pourtant, lui aussi va faire son apprentissage de la vie en l'espace de quelques jours.

Le roman pourrait être divisé en deux parties. La première hilarante par le ton employé, décrit l'état des lieux de la vie de Gabriel Poussin. Sa maison, sa femme, son boulot, son meilleur ami, sa fille autant de problème pour Gabriel Poussin qui reste accroché à sa Volvo, sa cave à vin et France Info.
Le ton est cru, souvent oral mais sincère. C'est un homme déprimé qui s'enlise dans une vie pépère que ne le satisfait plus. Ses grands crus et les informations douillettes de la radio sont autant d'éléments rassurants pour lui.
Et puis débarque son meilleur ami, Jean-Antoine, le désastre de son adolescence, de sa vie d'adulte. La coupe est pleine, une nouvelle vie l'attend et lorsqu'il se découvre un compagnon de voyage c'est décidé, il partira au Kenya, devenir guerrier massaï.

La seconde partie est radicalement différente. Comment nous avons glissé de la première à la seconde je ne saurais le dire, mais l'atmosphère a changé irrémédiablement. Car ce "héros" est stupide car impulsif, il agit sans réfléchir et cela le met dans des situations difficiles et passablement ridicule. Mais là, la décision de partir au Kenya parait extrêmement censée et bien venue. Une belle aventure humaine, puissante. Comment aller jusqu'au bout de soi, pourquoi?
Un amour impulsif s'empare de Gabriel Poussin. Il doit aller jusqu'au bout, se transcender lui-même pour ne plus avoir peur. Finalement, il y a des choses plus importantes que passer un demi siècle.

Les personnages sont très agréables, si Gabriel est finalement très attachant par son impulsivité, Henriette et Jean-Antoine sont moins fascinants. Les deux tourtereaux rencontrés dans son périple sont adorables. Fraîcheur et inventivité ils sont une nouvelle source de vie pour Gabriel.

Un roman d'initiation drôle et émouvant. S'il commence dans un éclat de rire il s'achève sur une sensation poignante d'entrailles tourneboulés et coeur chamboulé. De temps en temps cela fait du bien et s'avère nécessaire. Devenir guerrier Massaï n'est pas à la portée de tout le monde.

0 commentaires:

Publier un commentaire