mercredi 17 octobre 2018

When a Duke loves a woman - Sins for all seasons #2 - Lorraine Heath



B

Si vous vous souvenez, je n'avais pas du tout aimé le premier tome de cette nouvelle série, Beyond scandal and desire. J'avais franchement détesté le héros et son plan pour se venger de son père qui comporte entre-autre de ruiner la vie d'une jeune femme innocente. Si l'ambiance assez pesante du roman m'avait plu, je n'avais pas du tout trouver crédible la fin de l'intrigue, tirée par les cheveux et sans aucune cohérence qui gâchait à mon sens, toute la lourdeur mise en place par le poids des conventions sociales. 
Malgré tout, je n'abandonne pas aussi facilement, surtout une auteure comme Lorraine Heath qui a tant à offrir. J'ai donc fait une deuxième tentative avec la suite, When a Duke loves a woman qui s'intéresse cette fois à Gillie, la petite soeur de Mick Trewlove. Je ne partais pas hyper convaincue car encore une fois il s'agit d'une histoire de différence de classe et j'avoue que j'ai eu un rictus dédaigneux quand j'ai lu "bâtarde" et "duc" dans le résumé. Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai bien fait car j'ai passé un très bon moment en compagnie de Gillie et Thorne même si mes inquiétudes sur les différences sociales étaient fondées.
Une précaution cependant, pour apprécier ce roman, il va falloir avoir conscience que l'intrigue n'est pas plausible du tout ni historique le moins du monde. 

Gillie Trewlove a comme tous les enfants Trewlove, été abandonnée à la naissance par ses parents, comme un paquet de linge sale encombrant. Recueillie par Ettie Trewlove, elle a grandi avec Mick et ses autres frères et soeurs. Ettie ayant une très bonne idée de ce qui peut attendre une jeune femme dans les mauvais quartiers de Whitechapel, Gillie a passé la majeur partie de sa jeunesse, habillée en garçon et a développé un fort caractère. Propriétaire du pub The mermaid and the unicorn, elle vient en aide aux gens du quartier et est appréciée de tous. C'est dans la ruelle derrière son établissement, qu'elle met en fuite deux voleurs en train de sévèrement battre un homme au sol. Gillie n'est pas du genre à laisser quelqu'un dans le besoin. Elle ramène l'homme chez elle et le fait soigner par le médecin. L'homme en question n'est autre que le duc de Thornley, Thorne pour les intimes, qui vient de passer une très sale journée. Non seulement sa fiancée Lavinia l'a abandonné à l'autel le jour de leur mariage, humiliation suprême, mais en plus il vient de se faire battre dans une ruelle de Whitechapel et dépouillé d'une montre de famille à laquelle il tenait. 
Alors que Gillie se trouve une faiblesse devant cet homme vulnérable et magnifiquement beau, Thorne n'a pas envie de quitter trop vite sa bienfaitrice. Grâce à Gillie, il explore les bas-fond de Whitechapel à la recherche de Lavinia et découvre un nouveau monde inconnu. 

Soyons clair, cette romance c'est le prince et la bergère. Un duc et une bâtarde qui possède une taverne dans Whitechapel, il n'y a aucun moyen que ça soit crédible, peu importe comment vous le tournez. Donc, si vraiment vous ne pouvez pas passer un pacte de la suspension de la crédibilité avec vous-même, laissez tomber When a Duke loves a woman. Si comme moi, vous décidez de voir les bons côtés du roman en oubliant cette énorme incohérence alors je pense que vous y trouverez votre compte.

Gillie est une excellente héroïne. Je l'ai vraiment ADORÉE! Elle est forte, indépendante avec du caractère sans jamais être agaçante. Elle a un coeur d'or et a envie d'être utile à la communauté qui l'a recueillie. Malgré tout, elle ne se fait pas d'illusion sur le monde dans lequel elle vit et ne voulant pas connaitre le même sort que sa mère ou que ses parents biologiques, elle a longtemps fermé son coeur à tout homme. Il est hors de question pour elle d'avoir un bâtard et de l'exposer à ce qu'elle et ses frères ont vécu. 
On passe pas mal de temps dans la taverne de Gillie et l'ambiance y est chaleureuse. On croise aussi ses autres frères qui ont une importance dans le récit. Ils sont adorables à leur façon de vouloir la protéger alors qu'ils n'en ont pas besoin. Je ne peux pas vous dire quoi exactement mais ils vont tous faire un geste vraiment très généreux lorsque Gillie aura besoin d'aide. C'était légèrement ridicule mais très très mignon. Contrairement à Mick, j'ai très envie de découvrir l'histoire des autres frères qui j'espère vont plus se concentrer sur Whitechapel que sur le monde aristocratique. 

Thorne est aussi un très bon personnage. Humilié par sa fiancée, il veut la retrouver pour comprendre pourquoi elle est partie. Il veut aussi s'assurer qu'elle est en bonne santé et qu'elle a de quoi survivre. C'est plutôt noble de sa part sachant qu'elle la mis dans une mauvaise posture, cela dit Thorne n'est pas amoureux de Lavinia. Contrairement à Mick, Thorne n'est pas plein de rancoeur ni de haine et l'intrigue laisse plus de place à la romance, ce qui est tout à fait agréable. On découvre en même temps que Thorne le quartier de Whitechapel et il réalise à quel point la vie est différente de celle qu'il a toujours mené. C'est le choc des deux mondes. Le prince et la bergère on vous dit!

L'interaction entre les personnages est vraiment bien rendue et je trouve qu'on retrouve la sensualité des romans de Lorraine Heath qui faisait défaut dans Beyond scandal and desire. La tension monte progressivement et c'est très efficace. C'est du Lorraine Heath donc si vous n'aimez pas les romances un peu sexy, passez votre chemin. Cependant soyez rassuré, ce n'est jamais vulgaire. 

J'avais détesté l'ambiance lourde de Beyond scandal and desire car ce n'était pas maitrisé jusqu'au bout avec un happy end complètement sorti de nulle part. Dans When a Duke loves a woman, l'ambiance est beaucoup plus légère. Comme je le disais, Gillie et Thorne n'ont pas de haine, ni de ressenti. Il n'y a pas de projet de vengeance, le seul point noir au tableau ce sont les barrières sociales qui séparent Gillie et Thorne. Du coup, comme le roman n'est pas lourd et plombant, l'inconvénient des barrières sociales qui semblaient insurmontables entre Mick et Aslyn, n'ont ici pas la même gravité. Le rebondissement final et le HEA ne sont pas si invraisemblables - même si en vrai on est d'accord, ça ne se ferait pas. 

Si vous êtes prêt e à laisser de côté la véracité historique, si vous voulez une jolie histoire entre un prince et une bergère avec des personnages principaux tous mignons et des personnages secondaires tout aussi craquants, je pense que vous aimerez When a Duke loves a woman. 
En tout cas, l'aperçu du tome trois que l'on a dans celui-ci me donne très très envie de découvrir la prochaine histoire! Cela risque d'être particulièrement intéressant avec un ancien amour et une nouvelle chance. Vivement sa sortie. 
En attendant, bonne lecture. 

0 commentaires:

Publier un commentaire