mercredi 24 octobre 2018

Ink (Marqué) - Skin Books #1 - Alice Broadway


ABANDON

Présentation de l'éditeur: Quand toute votre vie est inscrite sur votre peau…
À la mort de son père qu’elle a tant admiré, Leora souhaite honorer sa mémoire. Et dans les hautes castes, il est d’usage de relire au cours d’une cérémonie les événements qui ont marqué la vie d’un personnage important. Mais à mesure qu’elle parcourt le livre de son père, la jeune fille découvre avec stupeur que certains passages ont été réécrits ou qu’ils ont complètement disparu… Pire, un mystérieux tatouage désigne son père comme coupable d’un crime ! La jeune femme devra remettre en cause toute son existence pour comprendre d’où elle vient et sur quels mensonges est construite la société où elle vit…

J'aurai dû aimer Ink...vraiment j'aurai dû. Ce roman avait tout pour me plaire mais curieusement ça n'a pas pris du tout. Le thème est super original et apporte une grande réflexion sur le corps et la société mais non, rien à faire...je ne l'ai même pas fini...

Dans l'univers de Ink, tous les nouveau-nés sont tatoués et au fur et à mesure que les enfants grandissent, ils gagnent de nouveaux tatouages chaque année pour marquer le passage du temps. A la fin de leurs études, en fonction de la voie choisie, un nouveau tatouage sera appliqué pour signifier dans quel domaine la personne s'est engagée. Au cours de leur vie, chaque personne pourra rajouter des tatouages pour marquer le temps qui passe et les événements significatifs de leur vie. Ainsi, chaque personne est un véritable livre ouvert, sa personnalité étant gravée à l'encre sur sa peau. Une fois mort, la peau du défunt est récupérée, tannée et reliée lors d'une cérémonie où les livres de peau sont honorés par la famille. C'est un rituel extrêmement important, les livres de peau sont ensuite stockés dans la grande bibliothèque où la famille peut venir les consulter par la suite. 
C'est une société très originale et bien structurée qui n'est pas sans ses parts d'ombre. Contrairement aux gens tatoués, il y a des Immaculés, des gens sans aucun tatouage qui sont mis au banc de la société, sur lesquels circulent des tonnes de rumeur. Ceux qui ont aidé les Immaculés se voient affublés d'un tatouage de corbeau, preuve d'une infamie et la reliure de leur peau leur est interdite. 

On découvre cet univers à travers les yeux de Leora, une adolescente qui vient de perdre son père. Elle veut devenir tatoueuse alors que sa meilleure amie veut rentrer dans l'administration. Par chance, elle est acceptée comme apprentie chez un tatoueur très réputé mais mystérieux. Sa rencontre avec le tatoueur coïncide avec les problèmes que Leora rencontre lorsqu'elle veut organiser la cérémonie pour son père. Elle découvre alors un homme très différent de ce qu'elle imaginait, avec une peau trafiquée et des mensonges en forme de tatouage. 

Comme je le disais, Ink avait tout pour me plaire. Une société originale et complexe, une interrogation pertinente sur la peau et notre rapport au corps - que ce soit dans notre société ou ce qui se fait ailleurs - et une intrigue intéressante.

Mais en fait non...pour être parfaitement honnête, je ne l'ai même pas fini. J'ai dû abandonner à la moitié par pur manque d'intérêt. 
Ce qui est étrange c'est que j'ai trouvé le livre à la fois trop lent et trop rapide. Il s'agit clairement d'un tome d'exposition mais ici j'ai eu l'impression que tout était enchaîné beaucoup trop vite. Il se passe beaucoup d'événements différents en peu de temps et j'ai eu du mal à entrer pleinement dans l'histoire à cause de cette vitesse d'exposition.
Paradoxalement, c'est long...long à vraiment démarrer. A la moitié du livre, on n'est toujours pas dans le vif de l'action. 
Oui j'ai bien dit paradoxalement car ce n'est pas évident de concevoir qu'un roman puisse être à la fois trop lent et trop rapide mais c'est bien le cas. En fait, on se prend beaucoup d'informations dans la face dès les premières pages pour qu'en suite l'intrigue retombe comme un soufflé. On se retrouve du coup avec beaucoup de questions mais peu de réponses. 

Hormis Obel, le tatoueur, qui m'a assez intriguée, je n'ai pas ressenti grand chose pour les autres personnages, l'héroïne comprise. Je l'ai trouvé assez lente à comprendre ce qu'il se passe autour d'elle, elle a l'air si ignorante que c'est à se demander si elle a une vraie curiosité sur ce qui l'entoure. On a l'impression que tout le monde autour d'elle connait des choses mais pas Leora. Je sais que c'est parce que le lecteur voit à travers ses yeux mais tout de même...elle n'a pas besoin de ne rien savoir pour nous garder une part de suspense. 
De plus, je n'ai pas été séduite par le rapport de Leora à son corps. Elle est très critique par rapport à ce dernier et je n'ai pas l'impression que le personnage aille plus loin que cette constatation. Cela dit, je n'ai pas fini le roman, il faut espérer que cette vision très négative de son corps va être remis en question durant la deuxième moitié de ce volume et lors du roman suivant. 

Je suis malheureusement passée à côté de Ink, il n'a pas réussi à me captiver ni à me séduire et je l'ai laissé tomber.
Dommage, c'était pourtant prometteur et la couverture était très belle. Ce sera pour une autre fois!

0 commentaires:

Publier un commentaire