lundi 24 septembre 2018

Fated (Destinée) - Alex Verus #1 - Benedict Jacka

A

Résumé (présentation de l'éditrice française): Alex Verus vit à Londres et il est devin. Il peut voir le futur comme un faisceau de probabilités. Pour le commun des mortels, c’est un don impressionnant, mais pour les autres mages, c’est le bas de l’échelle des arts occultes. De toute façon, Alex a tourné le dos à cette confrérie. Trop de rivalités, de secrets, de complots, trop de morts… Sa seule ambition est de mener une existence sans histoires, caché dans sa petite boutique d’accessoires pour magiciens amateurs. Dans l’arrière-salle, il continue à faire un peu de marché noir, c’est risqué mais le commerce des vrais objets magiques lui permet de payer le loyer.
Quand une relique puissante échoue entre ses mains, il se retrouve la proie des forces auxquelles il avait essayé d’échapper, forcé de choisir un camp dans une bataille qui le dépasse.
Voir le futur n’est pas toujours drôle, surtout quand le sien semble à ce point compromis.

Je débarque un peu tard avec mon Alex Verus car celles et ceux qui aiment l'urban fantasy doivent déjà avoir entendu parler ou même lu cette série britannique. Sortie en 2012, elle compte neuf tomes, le dernier est sorti en juillet 2018 et le dixième est prévu pour juin de l'année prochaine. Anne Carrière a décidé de les traduire en français et c'est - à mon humble avis - une excellente initiative. 

Alex Verus c'est le genre de personnage qu'on apprécie dès la première ligne. Déjà, parce qu'il est systématiquement dans les emmerdes et parce qu'on sent que c'est un gentil, qui aimerait bien rester dans son coin tranquille mais que malheureusement le destin en a décidé autrement. C'est un peu comme Dresden de Jim Butcher où de façon constante la situation se retourne contre lui. 
L'histoire prend place à Londres et si vous connaissez un peu la ville, c'est agréable de se promener dans ces rues. Londres est moins présente que dans les Ben Aaronovitch mais c'est malgré tout un décor bien planté. 

L'univers n'est pas le plus original que j'ai pu lire en urban fantasy malgré tout cela n'est pas du tout un aspect négatif parce que Benedict Jacka arrive à donner une vraie patte à l'environnement qu'il décrit, ce qui compense l'originalité qui serait obligatoire. La magie n'est pas révolutionnaire, les créatures non plus - on reste dans un folklore latin-grec dans ce premier tome - mais sa façon de concevoir la magie, elle, est assez intéressante. Vous avez d'un côté les mages de Lumière et de l'autre les mages de L'ombre mais il ne faudrait pas croire qu'il s'agit d'une opposition manichéenne gentils-méchants. Il apparait très vite qu'il y a des pourris des deux côtés de la ligne. C'est plutôt la conception de la magie qu'ont ses deux clans qui les rend passionnants. 
On apprend assez vite d'ailleurs qu'Alex a été formé par un mage de L'ombre et que cette formation ne s'est pas très bien déroulée. Le lourd passé d'Alex est une curiosité que j'ai hâte de démêler. 

Autre point extrêmement plaisant: les pouvoirs d'Alex. Dans cet univers, les dons d'Alex sont considérés par les autres membres de la communauté magique comme le bas de l'échelle. J'aime bien cette idée d'avoir un héros qui ne soit pas surpuissant, ça le rend plus attachant, un peu comme Peter Grant des Ben Aaronovitch qui n'est pas particulièrement doué en magie. Ça donne un petit côté maladroit adorable au personnage. Cependant, à force d'être sous-estimé, Alex y a vu un avantage et s'en sert allègrement. Le futur comme faisceau de probabilité c'est une excellente idée qui fonctionne vraiment très bien dans le roman. 

Autre trait commun à de la bonne urban fantasy, l'humour dans le style. Raconté à la première personne, Alex Verus ne manque pas d'autodérision et le roman sait parfaitement articuler humour et temps plus dramatique.  

Destinée est un excellent premier tome de série. Il met bien l'univers en place, en laissant entrevoir d'autres trames narratives intéressantes - le passé d'Alex, la guerre des mages -  nous introduit des personnages qu'on a envie de revoir - Alex, Arachnée, la petite fée qui n'a pas de mémoire etc. Il possède une histoire complète qui s'ouvre sur d'autres perspectives, de l'humour, des instants plus dramatiques, une belle démonstration de pouvoir. Bref, un premier tome qui se dévore et qui donne envie de poursuivre. Quoi demander d'autre? 

0 commentaires:

Publier un commentaire