mercredi 23 avril 2014

Intrigue à Giverny - Adrien Goetz


Présentation de l'éditeur: Et revoici Pénélope, l’intrépide Pénélope, dans le tourbillon d’une enquête pleine de mensonges, de meurtres et de Monet. Alors que la fameuse conservatrice-détective assiste à un dîner au Musée Marmottan-Monet, deux fines connaisseuses de l’œuvre du grand peintre impressionniste disparaissent. Le lendemain, l’une est retrouvée morte alors que l’autre, une religieuse du nom de sœur Marie-Jo, est aperçue à Monaco par Wandrille, le compagnon de Pénélope - Monaco où doit avoir lieu l’achat d’une toile inédite de Monet pour célébrer le mariage du prince Albert et de Charlène.
Qui est la mystérieuse sœur Marie-Jo ? Pourquoi la Principauté ? Et qui a tué Carolyne Square ?  Pénélope et Wandrille courent de Charybde en Scylla et de Giverny à Monaco pour tenter de résoudre ce mystère. L’amitié de Monet avec Georges Clemenceau va soudain prendre sens. Quelle a été l'étrange vie du paisible M.Monet ?

Pénélope et Wandrille reviennent chez Adrien Goetz pour une nouvelle intrigue. Après Intrigue à l'anglaise, Intrigue à Versailles et Intrigue à Venise, le lecteur est plongé dans le mystère de Giverny et de la vie de Monet. 

J'aurai dû aimer Pénélope et Wandrille. Tout d'abord, parce que je suis conditionnée pour aimer les intrigues de ce genre qui empruntent à Agatha Christie, Maurice Leblanc ou Georges Simenon. Ensuite parce que je ne suis pas censée résister à une héroïne qui s'appelle Pénélope et qui est conservatrice. Mystère + histoire + une Pénélope, je devais aimer....et bien non.

Quelle cruelle déception, ça me rend triste tient! C'est toujours désolant d'être déçu par un roman. Je n'avais pas lu les premiers opus mais ce n'est pas ça qui m'a dérangée. J'ai vite compris les relations qui unissaient Pénélope et Wandrille, que ce dernier était fils de ministre récemment retourné au pouvoir et qu'il venait d'être nommé rédacteur en chef d'un magasin de jardin monégasque. Jusque là...pas d'anicroche. J'ai compris aussi que Pénélope après un premier poste assez prestigieux se retrouve aux gobelins et s'intéressent de près à Monet depuis qu'ils ont redécouvert des tapisseries - les serpillères comme ils les appellent. 

Les personnages étaient assez sympathiques, un petit couple qui se piquent d'être détective, un peu d’esbroufe même si l'ensemble est moins frais que Tuppence et Tommy Beresford, une sœur mystérieuse, un meurtre, des tableaux qui apparaissent ou disparaissent: les ingrédients étaient intéressants. 
L'intrigue est vraiment bien inscrite dans un contexte actuel. L'auteur se replace dans l'époque en suivant l'actualité instant par instant, ici une exposition au musée Marmottan-Monet ou bien le mariage d'Albert de Monaco. C'est assez agréable de sentir le roman pris dans notre réalité. Cela lui donne un relief bienvenu que l'on retrouve peu ailleurs. Il y a même des petits clins d’œil à des personnalités connues comme une conversation que surprend Pénélope entre une certaine Clémentine et un Franck (les aficionados des émissions d'Histoire pour grand public reconnaitra sans peine de qui Adrien Goetz parle) et ça m'a faite sourire. 

Cependant, malgré toutes ces qualités, je me suis très vite lassée des aventures de Pénélope et Wandrille. D'une part, l'intrigue principale m'a laissée de marbre. Monet aurait-il été un espion à la solde de Clemenceau? Pourquoi et comment est-il devenu si riche? En fait je n'y ai pas cru du tout, c'est peut-être trop contemporain pour moi pour le coup mais je ne me suis pas laissée embarquer dans l'histoire. De plus, j'ai trouvé le récit extrêmement brouillon. Je m'explique:
L'histoire commence par le meurtre de Carolyne Square et la lecture du petit encadré relatant le meurtre par Wandrille, assis au soleil à la terrasse d'un café monégasque. Nous revenons ensuite deux jours plus tôt pendant le cocktail donné à Marmottan-Monet puis nous passons à Wandrille puis retour à la veille de la réception etc etc. Ces allers-retours m'ont rebutée, j'avais l'impression d'avoir une histoire pas dans le bon ordre sans que cette chronologie bouleversée apporte quoi que ce soit de positif ou d'intéressant à la narration. Dommage car dès le début cela a cassé mon intérêt pour l'intrigue. Là où Agatha Christie nous aurait dépeint par le menu les gens à table avec Pénélope dont cette sœur Marie-Jo et Carolyne Square, Adrien Goetz nous donne des bribes finalement peu engageantes. J'imaginais déjà ce que Dame Agatha aurait pu faire d'une telle scène et j'étais déçue de ne pas retrouver un grain de malice semblable. 

Du coup je me suis franchement ennuyée, heureusement le roman est court, la sauce n'est pas délayée à l'infini. Je ne deviendrai pas une fan de Pénélope et Wandrille et ça me peine, mais c'est comme ça. Et vous? Avez-vous déjà lu les Intrigues d'Adrien Goetz?

5 commentaires:

summerday a dit…

J'ai lu le premier sur les conseils d'un collègue qui me l'avait prêté et j'ai détesté. J'ai entamé le second pour voir si c'était du même genre et je l'ai refermé avant la moitié...

maggie a dit…

J'ai abandonné les deux livres précédents de Goetz. Et j'étais déçue aussi car je pensais aimer : art + polar, ça me plaisait mais finalement, je n'aime pas son tyle

Perséphone a dit…

@summerday: je ne l'ai pas fini non plus. En théorie ça avait l'air chouette mais en pratique je n'ai pas accroché du tout.

@Maggie: idem...déçue!

Shelbylee a dit…

ah Pénélope et Wandrille ! Je les aime autant qu'ils m'agacent ^^ J'aime bien cette série parce qu'on y apprend toujours des choses qui semblent totalement fantaisistes (dans le premier par exemple, j'avais appris plein de choses sur le destin de la tapisserie de Bayeux), mais l'auteur démêle toujours le vrai du faux dans sa postface (en fait, c'est le passage que je préfère^^). Mais c'est vrai que les intrigues sont parfois pénibles à suivre...

Perséphone a dit…

@Shelbylee: J'en suis contrite mais je n'ai même pas trouvé ça intéressant en fait. Je n'aime pas sa façon de faire les intrigues et les personnages m'ont laissée indifférente. :-(

Publier un commentaire