lundi 23 mars 2009

La boîte en os - Antoinette Peské


Hommage à Eros et Thanatos


Ce court roman méritait bien d'être sorti de l'oubli. Ecrit en 1931 il ne sera publié que vingt ans plus tard pour disparaitre peu de temps après. Son succès est inversement proportiel à celui qu'il déclencha dans le coeur de grands écrivains comme Appolinaire ou Jean Cocteau.


Le récit met en perspective la vie et la folie d'un homme John Mac Corjeag. Fils d'un pasteur austère il manifeste dès sa plus tendre enfance un caractère ardent, passionné mais plus que tout inquiétant. Très lié à sa petite voisine Margaret O'Don dont les yeux le fascine. Séparés pendant plusieurs années après que John, prit de vertige lui ai jeté un encrier dans les yeux. il l'épouse une fois adulte. Cela pourrait être le début d'une belle histoire d'amour mais le bonheur conjugal tourne au drame quand John tente d'ouvrir le crâne de Margaret. John, tombé dans la démence est interné.
Le récit est raconté par un certain Norbert, ami de John.

Oui, Eros et Thanatos est un sujet mainte fois repris en littérature. C'est même un sujet éclusé mais chez Antoinette Peské cela se pare d'une teinte éminement profonde. De la nécrophilie, du désir frénétique mais aussi de l'amour tendre et réellement puissant.

Comment décrire la folie qui s'empare de tous les héros de la boîte en os mais aussi de nous, humble lecteur emporté malgré notre volonté dans ce tourbillon de folie non pas douce mais extrême. Antoinette Peské nous livre à travers son héro John Mac Corjeag une conception de l'amour absolutiste et irrémédiablement tordue.
Mais ce n'est pas un roman optimiste sur l'amour, car celui, dans toutes ses expressions est irrémédiablement tiré vers la folie. L'amour et la folie sont la trame même du roman, une palette de sensation, de la folie douce à la folie la plus violente, de l'amour le plus pur au plus dévorant.

La folie a pour but de nous faire perdre pied, en cela réside le génie d'Antoinette Peské. La boîte en os est un mélange continu de flou et de distinct, de fanstamé et de réel. Ou se cache la réalité? Les personnages comme le lecteur sont pris dans ce tourbillon subtile qui destabilise.

Une magnifique et éblouissante variation sur Eros et Thanatos qui mérite plus que d'être sorti de l'oubli. On ne peut sortir indemne de cette lecture fantastique et dérangeante. L'âme en est secouée, bouleversée de ces rebonds de la conscience qui s'offre à nous.

Il est a regretté qu'Antoinette Peské est été injustement condamnée à l'oubli et que son oeuvre se soit arrêtée si brusquement. Mais la Boîte en os est de ces romans que tout écrivain met des années à trouvé et produire, elle a réussi un coup de maître. Oeuvre unique et cependant parfaite.






1 commentaires:

Betti a dit…

Je ne me rappelais plus que tu avais écrit la critique de ce livre magnifique et très dérangeant. J'adore l'idée qu'on y trouve: que l'amour fait éprouver malgré tout la résistance des corps, qui existent indépendamment en dépit de la passion, qu'il reste une limite dans la possession...

Publier un commentaire