lundi 19 février 2018

Strange the dreamer - Laini Taylor

A

Résumé (traduction): Le rêve choisi le rêveur et non l'inverse et le jeune Lazlo Strange, orphelin de guerre, a l'impression que ses rêves n'ont pas choisi bien haut. Depuis ses cinq ans, il est obsédé par Weep la mystérieuse citée disparue mais il faudrait quelqu'un de plus courageux que lui pour traverser la moitié du monde à sa recherche. Lorsqu'une sensationnelle opportunité se présente en la personne d'un héros appelé le Godslayer et d'un groupe de guerriers légendaires, Lazslo va devoir saisir sa chance ou risquer de voir son rêve disparaître à jamais. 

Qu'est-il arrivé à Weep il y a deux cent ans pour qu'elle soit complètement coupée du reste du monde? Qu'a massacré le Godslayer qui portait le nom de Dieu? Et qu'est ce mystérieux problème qui a besoin d'être résolu? 

Les réponses attendent à Weep...

Je suis ravie de vous retrouver pour parler d'un roman qui m'a fait tomber sous son charme par son originalité et son univers dépaysant. 
Sans grande surprise j'ai tout d'abord était attirée par la magnifique couverture! Sans mentir, elle est vraiment très belle et donne tout de suite le ton du roman avec ce fond azuré et ce papillon doré posé par dessus. On est tout à fait dans une ambiance onirique propre à l'univers du nouveau roman de Laini Taylor où le bleu tient une importance capitale. 

Dès le prologue, j'ai été happée par l'atmosphère du roman, par l'ambiance qui se dégage des pages et j'aimerai m'attarder un instant sur ce prologue qui est une très grande réussite. Souvent on comprend très tôt ce qu'un prologue veut montrer mais ici ce n'est pas le cas, il est absolument mystérieux et même nébuleux. Il faut attendre la seconde partie du livre pour commencer à deviner le lien que peut avoir le prologue avec l'histoire de Lazlo. Le grand intérêt aussi de ce prologue est que même si on fini par se douter de ce qu'il raconte, il n'en reste pas moins très angoissant...Il reste en arrière plan de votre esprit et augmente considérablement la tension. Vraiment, cette ouverture est une grande réussite et présageait une très bonne suite.

Je n'ai donc pas été surprise de la qualité du roman. Je ne veux pas tellement vous parler de l'histoire plus que ne le fait le résumé, elle mérite amplement votre temps mais sachez que j'ai adoré l'univers crée par Laini Taylor. Si le monde de Lazlo est assez classique quoique intéressant, Weep et son histoire m'ont totalement dépaysée. Ce n'est jamais évident je trouve de donner de la profondeur à un nouvel univers, à tel point que ses coutumes, ses légendes et son histoire nous semblent tangibles et non pas artificielles ni là uniquement pour décorer. Tolkien et J.K Rowling sont passés maîtres dans cet exercice et j'ai retrouvé ça aussi avec les romans de Sarah J. Maas et de Christel Dabos dans lesquels je me glisse comme dans une couverture chaude avec une odeur reconnaissable entre toute. Laini Taylor réussit pour moi ce tour de force de nous offrir une mythologie, une histoire, une culture unique et magique. On a, nous aussi comme Lazlo, envie de mieux connaitre Weep et ses habitants. 
Je préfère prévenir cependant, le roman n'est pas exempt de violences, notamment de violences sexuelles. Ce n'est jamais gratuit ni graphique, ce n'est pas Game of  Throne, mais c'est néanmoins présent et ça m'a un peu tordu l'estomac à l'évocation de certains faits horribles. 

Lazlo est un très bon personnage. J'aime sa détermination, sa passion des contes lorsque tout le monde autour de lui trouve ça puéril et le fait que son rêve le porte jour après jour. C'est un personnage très ouvert et profondément bon auquel on ne peut manquer de s'attacher. Un autre détail aussi a su me captiver: Lazlo n'est pas beau. C'est presque une anomalie dans la Fantasy Young adult où tout le monde a un physique de mannequin Abercrombie mais cela reste un fait, Lazlo n'est pas beau. Il a le nez tordu, les traits à la serpe - mais pas à la serpe façon Spike de Buffy on est d'accord - il n'a rien d'une gravure de mode. Cependant, c'est un facteur qui m'a fait m'attacher encore plus au personnage et dont l'évolution est fascinante à suivre. Avec le temps et les voyages, son corps se modifie et son visage se marque, preuve de ce qu'il vit. 
Si vous me lisez un peu vous savez à quel point j'aime la diversité de représentation des héros et héroïnes et l'importance que j'attache aux personnages principaux qui n'ont pas un physique conventionnel. Je suis comme tout le monde et je ne rechigne pas devant un héros sublime (celles qui auraient l'idée de mentionner un certain High Lord sont priées de se taire...thanks) et ce serait d'autant plus hypocrite de ma part de le nier vu ma passion - c'est le cas de le dire - pour la romance. Cela dit, je suis ABSOLUMENT pour cette diversité et il y a une scène en particulier qui m'a interpellée. Un personnage (ne cherchez pas à savoir je ne vous dirais rien), découvre Lazlo et les autres étrangers qui arrivent à Weep et ce personnage remarque d'abord un jeune homme très très beau, absolument parfait. Sauf qu'un peu plus tard on apprend que si au premier abord, le beau jeune homme lui avait plus, il avait quelque chose de repoussant au contraire de Lazlo, pas très attirant au premier regard mais définitivement plus charismatique et lumineux. On sous-estime trop souvent le charisme dans un bon personnage et Lazlo n'en manque pas. 

J'aimerais bien vous parler des autres personnages mais comme iels interviennent tard dans l'intrigue, je préfère vous laisser la surprise! Les découvrir au fur et à mesure a été un grand plaisir que je m'en voudrais de ruiner. 

Cependant, pour continuer de vous faire comprendre pourquoi Strange the dreamer fut un vrai coup de cœur pour moi, je me dois de parler encore un peu de la construction des personnages. Il y a toujours dans un roman des protagonistes qu'on aime et d'autres qu'on déteste mais il est vraiment rare de comprendre les motivations des personnages dans toute leur complexité et leur variété. Laini Taylor est très douée car elle arrive à expliquer les motivations derrière les actions de chacun de ses personnages, de comprendre pourquoi iels agissent ainsi.
Un des personnages que l'on rencontre tardivement dans le récit est pour moi un monstre, cruel·le qui est particulièrement glaçant·e. Pourtant, une scène nous fait comprendre très précisément pourquoi ce personnage agit ainsi. Cela ne l'excuse en aucun cas, je n'ai pas changé d'avis après cette scène mais cela lui offre une profondeur et une complexité incroyable et tous les personnages du roman sont sur ce même modèle. Toutes les actions trouvent une explication sans forcément être une justification. A vous de vous laissez attendrir ou de compatir ou non avec eux. 

C'est assez frustrant de ne pas pouvoir vous parler de tout mais sachez-le, Strange the dreamer est un excellent livre de Fantasy, avec une vraie mythologie, un monde unique qui n'est pas sans violence, et de très bons personnages. J'ai absolument hâte de lire la suite et il ferait sans aucun doute parti de mes favoris sur mon étagère. Je vous recommande chaudement ce premier tome! 

10 commentaires:

Karine a dit…

Je l'ai celui-là. Il me tente beaucoup, on m'a dit beaucoup de bien de l'univers... et tu en rajoutes une couche!

Anonyme a dit…

Je ne connais pas du tout ! Il est sorti en français?

Perséphone a dit…

Il sort en avril aux éditions Lumen :-) tu n’auras pas à attendre longtemps!

Perséphone a dit…

Oui l’univers est vraiment très intéressant, j'espère qu’il te plaira!

Léa Delapierre a dit…

Il faudra que je le tente à l'occasion !

Perséphone a dit…

Tu vas ADORER!!!

Cameron Valciano a dit…

Ajouté à la PAL 😜

Perséphone a dit…

Excellente initiative! :-)

Cameron Valciano a dit…

Je suis ravie qu'il soit sorti chez Lumen 😊 ... Je serai incapable de lire ce genre littéraire en VO 😅
Et superbe chronique comme d'hab 😁

Perséphone a dit…

J’attends ton avis alors :-) perso j’ai déjà acheté le tome 2 qui vient de sortir en anglais.
Merci pour le compliment!!! 🤗

Enregistrer un commentaire