samedi 10 septembre 2011

Fais-moi peur - Malika Ferdjoukh


Présentation de l'éditeur: Monsieur N. n'avait pas été un criminel toute sa vie. La preuve, il avait déjà neuf ans quand il tua pour la première fois. Bien entendu, à cette époque, il n'était pas encore monsieur N..Il était Léo, petit garçon qui passait ses vacances chez Mémé et Pépé.... Et puis, vingt ans plus tard, le voici, rôdant autour de la maison de la famille Mintz. Les parents sont sortis, les enfants font du pop-corn, Odette voudrait aller chercher un sapin au cimetière, elle craint que le Père Noël ne les oublie. Monsieur N. ne les oublie pas, lui. Il a déjà tué son chien Thor, il a mis un manteau rouge, il se prépare.

On m'avais prévenu. Ce Malika Ferdjoukh là est vraiment flippant. On reconnait la pâte de Malika dans la construction de la trame narrative et de la famille qu'elle met en scène.

Une famille nombreuse, les Mintz, avec 5 gamins aux cheveux roux, turbulents mais attachants: Bébé Lou, Odette, Mone, Barnabé et Gervaise. De quelques mois à 13 ans, ils sont laissés seuls pour la soirée, les parents se rendant à l'Opéra. Mais voila que tout va de travers. Amoh le petit voisin s'invite pour la soirée, les pop-corn laisse une mare d'huile dans la cuisine, et cette horloge qui n'en fini pas de sourire.

Monsieur N est un personnage terrible. Il est haineux, raciste au dernier degré, fou et égoïste. Excellent portrait que celui de Monsieur N. à travers qui Malika Ferdjoukh dénonce la bêtise de certains hommes. Monsieur N. est comme le miroir de la famille Mintz et de la famille Inoui. Le premier est perdu pour la société, les seconds ne sont qu'amour et tolérance. Tout est toujours tellement fin dans l'écriture de Malika Ferdjoukh que par moment c'en est glaçant de réalisme.

Le prologue sur l'enfance de Monsieur N. est quand même particulièrement effrayant. Comment un petit garçon peut être attiré par la mort et la souffrance des autres?

J'ai beaucoup aimé l'histoire presque parallèle de Gabriel et de la soeur d'Amoh ainsi que les passages sur les camps. C'était extrêmement touchant comme témoignage et ça renvoie parfaitement à l'antisémitisme de Monsieur N.

Ce livre ressemble aux autres Malika Ferdjoukh par la construction de la famille et des enfants qu'elle met en scène. En même temps, par la gravité du sujet, ce livre est un peu à part. Encore une fois Malika ne prend pas ses lecteurs pour des andouilles. Elle leur offre une vraie réflexion sur la nature humaine, du danger et une écriture magnifique.

Un livre étrange mais excellent.

4 commentaires:

Jo a dit…

Ce roman est passionnant et il est bien difficile de le lâcher! Comme toi, je l'avais beaucoup apprécié. Il me reste "Sombres citrouilles" à lire. Je le commence en octobre. :)

Allie a dit…

J'aime beaucoup l'auteur!
Je me demandais si tu conseillerais plus ce livre comme lecture de Noël, d'Halloween ou plutôt n'importe quand? La couverture semble un mélange des deux fêtes... et comme j'aime bien lire "de saison" je me questionnais...

Perséphone a dit…

Malika Ferdjoukh est juste géniale. Pour Fais-moi peur c'est littéralement un ouvrage d'Halloween même si ça se passe à Noel. Je le mettrais dans la même catégorie que Sombres citrouilles. Honnêtement il fait trop peur pour Noël. Préférons-lui les Christmas Carol de ce cher Dickens :D

Maribel a dit…

Tu piques ma curiosité! Il faudrait que je me mettes à la lecture des autres livres de cette auteure.
Je cours partout en ce moment, je n'ai presque plus de temps pour lire ou pour regarder des séries :(((

Enregistrer un commentaire