vendredi 1 mai 2009

Le feu sacré : Après le Huit, la Partie continue - Katherine Neville

COUP DE COEUR DE PERSEPHONE

Attention: ce qui suit dévoile l'intrigue du livre LE HUIT.

1791: Sud de la France. Alors que la Révolution bat son plein, les Biens de l'Eglise sont menacés. Au coeur des Pyrénées, la mère supérieure de l'abbaye de Montglane charge ses religieuses de disséminer à travers le monde les pièces d'un mystérieux jeu d'échecs. Très convoité, ce jeu recèle un secret, et bien vite les grands de ce monde deviennent des pièces, blanches ou noires, figures ou simples pions, qui vont se livrer, à l'échelle du globe, une partie sans merci.

2003: Catherine Velis et Alexander Solarin ont réussi à réunir presque toutes les pièces du jeu de Montglane, qu'ils ont mis à l'abri de redoutables convoitises. Leur fille Alexandra reçoit un message de Catherine la conviant à fêter son anniversaire dans la demeure familiale du Colorado. Lorsqu'elle arrive, sa mère a mystérieusement disparu, lui laissant d'étranges indices cryptés, en particulier un échiquier avec une partie en cours. Le Grand Jeu aurait-il recommencé? Quand Alexandra apprend qu'une des pièces les plus importantes du jeu a refait surface, il n'y a plus de doute a avoir...

Vingt ans après la publication du Huit en 1988, Katherine Neville nous une suite époustouflante. Il lui aura fallut vingt ans pour écrire et méditer cette suite dont au départ elle ne voulait pas. Mais comme elle le dit elle-même, le Huit n'avait pas fini de raconter son histoire.
Je ne peux qu'admirer la façon qu'elle a eu d'écrire ce second opus. Pour être franche, je dirais que le Feu sacré n'est pas une suite, mais un autre long chapitre du Huit. Katherine Neville nous fait renouer avec les personnage du premier opus, nous en présente d'autres tous aussi bien campés que leurs prédécesseurs mais son génie tient surtout dans sa façon de casser son premier roman pour le prolonger et nous donner une autre vision du jeu.
Les personnages, connus et aimés, deviennent troubles, mystérieux et inssaisissables. L'histoire qui nous semblait clair devient confuse, tout comme les équipes des blancs et des noirs.
Dans ce deuxième volume, il n'est pas tant question de récupérer les pièces de l'échiquier mais de savoir qui est quoi. Je pense que c'est la force du roman, le fait de déplacer la partie d'échec sur un autre terrain, ne pas faire une partie bis mais de lui donner un autre sens et de perdre le lecteur dans ses certitudes les plus profondes.
Où est passé la pièce la Reine Noire? Qui est la nouvelle Reine Blanche? Qui sont les Noirs? Les blancs? Peut-on avoir confiance en Ladislaus Nim, en Lilly Rad, en Vartant Azov? et par dessus tout où est passée Catherine Velis?
Autant de questions qui perdent le lecteur et l'entraîne dans une autre aventure. Comme dans le premier tome nous suivons deux histoires en parallèle, 30 ans après la première aventure. Charlot le fils de Mireille, Lord Byron, Talleyran et Haidée dans les années 1820, Alexandra Velis dans les années 2000. Les mêmes procédés d'écriture chers à l'auteur sont toujours employés à bon escient, sachant parfaitement laisser le lecteur sur sa fin.
Une suite véritablement excellente et parfaitement menée. Je conseille de lire le Huit et le Feu sacré à la suite pour une histoire de près de 2000 pages, ensorcellante et perturbante, mais magistrale.

0 commentaires:

Publier un commentaire