vendredi 8 octobre 2010

I capture the Castle - Dodie Smith



COUP DE COEUR DE PERSEPHONE


Cassandra vit dans un château mal entretenu au fin fond de l'Angleterre avec sa famille pour le moins excentrique. Au fil de trois cahiers, elle relate les évènements qui jalonnent leur existence de mars d'une année à octobre de l'année suivante : une vie monotone jusqu'à ce que surgissent deux beaux et riches amér
icains venus s'installer dans le manoir voisin. La vie au château en sera bouleversée !


Il est assez difficile de décrire l'ambiance qui se dégage de I capture the Castle (Le château de Cassandra en français). Tantôt mélancolique, en demi-teinte, tantôt rayonnant, l'atmosphère de ce roman est unique en son genre.
J'ai pu lire au détour de mes lectures hasardeuses sur les blogs littéraires de la toile que le roman de Dodie Smith avait vieilli. Je ne suis pas d'accord. Croisement entre un Jane Auste
n et un Charlotte Brontë, l'histoire de Rose et Cassandra nous embarque pour un périple mouvementé.

Cassandra, jeune fille de 17 ans est rêveuse mais lucide. Elle aime son château en ruine et leur vie de bohème. A mi chemin entre une Elizabeth Bennet, intuitive et observatrice, et une Jane Eyre, jeune fille quelconque qui rêve d'amour malgré elle, Cassandra est un personnage touchant et fort. Intègre et lucide sur le monde qui l'entoure, elle porte un regard fort sur les gens de sa famille et de son entourage. Mais Cassandra n'est pas parfaite, elle se trompe, se ment, et fait preuve de mauvaise fois parfois.
Son récit n'a rien d'existant, peu de rebondissements, ce n'est pas Pride et Prejudice et néanmoins, observer le monde à travers les yeux de Cassandra est existant.

Rose sa soeur aînée est son exacte opposée. Ambitieuse, elle ne supporte pas la pauvreté, se perd dans ces romans du XIXe siècle et rêve d'un beau mariage d'argent. La voila comblée lorsque débarque les deux américains Neil et Simon. C'est pour elle la promesse d'un avenir meilleur à n'importe quel prix. Supercielle et proprement agaçante, on la tolère grâce à l'amour que lui porte Cassandra.

Mortmain le père de la famille, écrivain célébre 15 ans auparavant, il n'a plus rien écrit depuis la publication de son livre fard. Au mépris de sa famille, il passe ses journées à lire de vieux romans. Sorte de Mr Bennet en beaucoup plus égoiste, Mortmain se moque bien de sa famille et de ce qui peut lui arrive. Homme excentrique et marginal, il gâche son talent sans que personne ne comprenne pourquoi.

Thomas petit frère de la famille prend de l'importance au file du récit. Âgé de 15 ans il vit sa vie, témoin silencieux des bouleversements qui surviennent dans sa famille.

Topaz, mannequin excentrique, amoureuse des séances de naturisme à la pleine lune, elle est la seconde femme de Mortmain. Cassandra l'adore car sous sa personnalité excentrique se cache une femme pragmatique et dévouée à la famille Mortmain et surtout dévouée à son mari.

Stephen est un de mes personnages préférés avec Cassandra. Fils de la bonne des M
ortmain, il a été élevé avec Rose Cassandra et Thomas depuis la mort de sa mère. Amoureux fou de la cadette Mortmain, il est pret à tout pour la satisfaire, pour lui assurer un bien être absolu. Il est prêt à sacrifier son temps et son argent pour assurer à Cassandra un avenir décent. L'écriture de Dodie Smith en fait un personnage complet, profondément honnête, intègre et bon mais sans jamais, jamais, tomber dans la caricature de l'amour transit. Stephen est un personnage sympathique car complètement dépourvu d'égoïsme contrairement à tous les autres personnages de l'oeuvre (même Cassandra a ses petits moments de faiblesse). Il est touchant car sa dévotion pour Cassandra est sincère et remue véritablement le lecteur.

Sans vous dévoiler l'histoire, sachez seulement que les péripéties de la famille Mortmain et des hauts et des bas du coeur de Cassandra vous mèneront dans une histoire douce amer et crédible.




Dodie Smith est née le 3 mai 1896 à Withefield, dans le Lancashire. Elle a fait des études d'art dramatique à la Royal Academy of Dramatic Art et tout au long de sa vie elle gardera une passion pour le théâtre, comme comédienne, metteur en scène et auteur dramatique.

Si c'est son oeuvre littéraire pour la jeunesse qui l'a rendue célèbre, elle a aussi écrit de nombreux romans pour adultes et quelques ouvrages autobiographiques.

C'est en 1912 qu'à été publié pour la première fois les 101 Dalmatiens dont les illustrations ont été réalisées par Janet et Anne Grahame-Johnstone, deux soeurs amis de Dodie Smith.

I capture the Castle est publié en 1948 en Angleterre.

Une adaptation du roman est sortie en 2003 avec Romola Garai, Henry Cavill, Rose Byrne et Billy Night.

2 commentaires:

Jo a dit…

Quelle belle découverte que ce blog!
Je viens de finir Le château de Cassandra et, comme toi, j'ai eu un gros coup de coeur pour ce roman.

Perséphone a dit…

Merci Jo pour ce gentil commentaire. Effectivement le château de Cassandra est un très beau roman, j'ai adoré l'ambiance un peu particulière.
Regarde les blogs dont j'ai mis les liens, certains vont te plaire.

Bien à toi
Perséphone

Enregistrer un commentaire